Capture jaquette sur le chemin des moutons

Sur les chemins des Moutons Je vois, j'entends, je dis Tout !

De Pétrus romanus

AVERTISSEMENT

Cet essai roman-poétique est une œuvre fictive à caractère de réflexion.

Cependant l’œuvre est basée sur la pure fiction à des événements réels.

Cet essai n'a pas de vocation à des pensées religieuses et ni de sectes.

Ce livre n'a pas aussi de dessein d'être historique, il reste même virtuel.

 

« Un essai est une œuvre de réflexion portant sur les sujets les plus divers et exposée de manière personnelle, voire subjective par l'auteur. Contrairement à l'étude l'essai peut-être polémique ou partisane ».(Wikipédia)

Plus souvent aux textes littéraires qui se prêtent à la réflexion philosophique. L'essayiste que je suis vous introduis dans cet essai par un domaine d'une expérience personnelle qui épouse le Roman (classique, politique ou policier), à la Poésie donnant ici un Essai Roman-Poétique inédit.

« A exagium » un poids, un appareil mesurant pour vous un « Néo-Roman-Poétique ». Qu'il soit construit : en vers, en structure textuelle, en mètre, rythme, coupe ou bien encore à genre de rimes classiques, il est à la métaphore du roman et de la poésie. Donnant dans ce dernier une suite (si bien dans l'histoire, des nouvelles…), un nouveau style dans la littérature française...

                                                                                   

                                                       INTRODUCTION

De l'animal à l'Homme on sent la différence, l'animal est avancé pour se débrouiller dans la nature. L'Homme est le dernier qui croit que la nature est à l'extérieur...

Si l'animal a une voix et qui parle à l'Homme, saura t-il mieux le conseiller de bien partager équitablement la nature !

Une fable m’avait guidé à La Fontaine, cet illustre poète français de grande renommée, principalement pour ses Fables et dans une moindre mesure ses contes licencieux.

 

Il était une fois...Sur les chemins des Moutons Je vois, j'entends, je dis Tout !

 

Chien loup moutons

Des moutons qui vivaient en pleine nature aux champs des prairies plus vertes que de saisons. Rien ne les dérangeait pas même les renards et les loups dangereux. Ils vivaient de l’herbes fraîches, des forêts du cœur, aux jours du bonheur. Leur vie à chacun n’était qu’un vrai roman-poétique, il reste donc à le montrer.

Un beau matin, on retrouvait un bélier qui était pendu par sa corde sur la falaise. Pourtant rien ne pouvait faire penser que ce fut là un accident ordinaire. Il reste des suppositions que le chien préféré du fermier, Chienloup, aurait pu être derrière cette pendaison et par quelles raisons apparentes l’a t-il poussé à réaliser de tel acte ?

Chevrodor et Bouc sont deux moutons justiciers et vivent paisiblement dans cette ferme et prairie. Ils décidaient de mener une petite enquête afin de pouvoir élucider cette étrange affaire ! Au prisme de la moralité de la vie, nos deux agents navarins vont sur les chemins des moutons et ont comme devise : « Je vois, j’entends et je dis tout » .

Si moralité existe dans cette histoire policière, il en est de même pour la philosophie de la vie. Comment ne pas vous raconter une belle histoire sans faire aucune réflexion ? Il faut se dire : au moment où nous sommes dans la nature, nous revenions au cercle des animaux .

En parlant de la moralité contre la poésie, n’est-ce point ainsi, Jean de La Fontaine, qui semble lui-même, devancer les objections de son juge en cherchant dans sa préface en 1668 à minimiser le rôle des moralités dans ses propres Fables ? Dans la poésie, nul n’est besoin de surligner en vers la fable morale puisque cela se voit de soi-disant. Nul est donc le besoin de les traduire car la poésie n’est qu’une beauté de rime, que couche l’auteur, les beaux mots. Et puis la vérité est t-il si vrai qu’en elle est dite sous silence ? Ce n’est là une métaphore de fables qui n’ont que le genre à faire réveiller la moralité.

« L’Homme de pouvoir devient un loup pour sa propre race ; tandis que l’Homme sans pouvoir devient donc un mouton ».

« Il est plus simple de faire parler des animaux que de communiquer avec des humains ».

« Pour communiquer avec les humains il faut apprendre le langage des animaux ».

  

 

Chien loup 2

Le loup qui se croyait être un renard !

Un jeune loup s’empare d’un repas laissé sur l’herbe par des moutons bêlants à toute prairie. Sur la seconde, le loup s’en lécha vite babine, s’en rapprochant d’une brebis près d’un bélier, il tient ce codage.

- « M’en ferez-vous, moutonne, de vous aviser à laisser des mets sur cette herbe et qui de grâce m’appartient car je suis le Roi Loup de cette vallée. Ici, vous faut remarquer le ruisseau coule aux laves de l’avanie ».

 Le Loup allant de ce pas se retourner à ses sous-maîtres de camouflet, fut une tromperie et s’en prier garde lance son hurlement à se coder :

-  «Moutonne on dit de vous que vous n’êtes la bienvenue sur nos terres d’acoquinements. Ne serez vous la moutonne qui sera dire à vos chiens et votre berger, notre refuge. A ce point je vous suggère tout simplement et sans différend de vous effacer de nos regards, où nos gueules auront l’envie de vous croquer, si vous persistez, à heurt. Selon vous être responsable à la dégradation subite à votre présence qui de vous, pleine de chair sous cette moutonnante de printemps, au souhait de rester ici ! Vous imputez nos désirs qui pourraient nuire à votre vie et cependant nécessite l’intérêt de vous faire responsable à autrui. Dans ce moment très conflictuel et, dans le même temps, exprimerez le désir aux autres loups, qui sont derrière moi, de prendre une chaste décision à vous, ainsi, à votre bélier. Il me paraît alors logique et vu votre présence qui commence à affamer mes hôtes louveteaux que vous partez de votre gratitude ! Dans un souci d’apaisement et dans l’intérêt de tous les loups je vous informe inéluctablement que vous endommagez l’état de nos appétits mais aussi l’ambiance du moment et cela à tous mes sous-loups de cette vallée. Aussi je serai très gentil de vous mettre ailleurs en vous proposant à tous les deux de nous suivre dans nos tanières, afin, de laisser cette herbe au propre de son vert sans que rouge tapisse ! Toutefois, je reste la gueule ouverte à toute mastications et la possibilité d’affecter votre moral sur un corps sain ».

Les moutons à ce codage prirent les pattes en avant vers la descente et non moratoire. Mais, n’ayant de fiers allures, ils n’avaient cependant guerre céder à sa demande et qui n’était pour eux que de piètrerie.

Le Loup, se voulant ressembler à son compère, le Renard, n’eut point alors de ruse à ruser les ruminants. A chacun d’apprendre à se connaître, tel est là, le premier soin à un mortel. On n’a pas de « loup dire » que tous loups sont dangereux pour tous animaux. A qui plus rusé qu’un renard n’aurait chanté tel refrain, pour causer peurs, aux doux agneaux. Ces deux brebis continuent à vingt lieux de là, de brouter l’herbe grâce, sur le chemin des moutons…

« Sur les chemins des Moutons...© »

 

Chien loup

 

Le mal dchien-loup touche tous ceux qui le suivent

Oui, Chienloup, je crois qu'on le surnommait ainsi.

Mais il s'est suicidé en galère de sa vie

Saimphiloup l'avait bien aidé, de même Loupssi,

A l'embauche déraison, ô infâme envie !

Je vais quand même faire une investigation !

Pensez-vous que son sort n'est pas l’œuvre Divinestre,

Cette chienne, maline et aux pires actions !

Je n'avais pas confiance en elle, mais si traîtresse !

Oui, ils sont tous des démoniaques dans ce pré.

Le suicide du bélier n'avait rien changé !

Chienloup se croyait protéger du grand fermier,

Ce dernier m'a déçu, car il a bien changé !

Déçu ou bien trompeur il reste qu'un pitre menteur.

Je pense, Sainphiloup, nous cache autres choses 

Il sait se protéger derrière tous les menteurs !

Ce fait-il de lui un complice qui ose ?

  

Ouvrir une investigation n'est qu'une énigme !

Ne pas voir dans le jeu de Chienloup même tort

C'est de lui donner toujours raison, extérieure.

Qui était t-il ce Chienloup, boulimique à mort ?

Pour être l'un des auteurs d'énigmes intérieures.

Il était chien chasse au Galon, au début,

Dans une autre ferme et à but éducative.

Qu’un simple chien, il grimpait sur autrui, à but

De gagner par son maître, une confiance active.

Bref, un ego et même un narcissique butor

Un malin, Chevrodor, un rusé en somme.

Il sait s'y faire devise : nul chien n'a de tort !

Est-ce qu'il avait peur de lui, son maître-d’homme ?

Non, Chevrodor, le maître-chien l'a mis ailleurs.

Ouf, bon débarras, agent Bouc, mais la suite !

D’un simple chien ferme il est devenu le meilleur !

Comment fait-il ça, agent Bouc, vite une poursuite ?

 

Carriériste, sa carrière rapide évolue !

De chasseur au chien de troupeau, quel vie de chiens ?

Ce chien-loup était selon vous en bas d’échelle

Mais pas du tout, il collectionnait que des liens

Pour devenir un chien de garde « soldanelle » .

Était-il un vrai chien de garde tout simplement ?

Non il paressait un dirigeant qui paraître !

Il aimait donner ses ordres aux faibles aimants

Tout en abusant de leurs charité d'être.

Un goujat, un loup, un renard, ce n'est pas tout !

C’est un abuseur de nos moutons de ferme.

Un perver narcisse qui se croyait loup partout

Il n'aimait pas qu'on le rabaissait, en terme !

Depuis quand l'aviez-vous connu, Bouc, ce Chienloup ?

Oui, hélas pour peu et jadis à mes prémices

J'étais agneau, il était là chez Sainphiloup

Je suivais chaque jours sa vie de chien propice.

 

Le choix d'un jugement n'en font qu'à ses pairs !

Il est vrai le choix du juge n'en fait qu'à ses pairs

Les maîtres-chiens n'étaient pas des bons juges

Ils nous avaient prévenu qu’un départ sous l'ère

D'un bon signe du fermier vers un autre préjuge.

Puis il était le premier chien ferme décoré

Ce fut quelque part dans une raison subite

De le garder et d’en faire un modèle doré

Pour tous les autres chiens de ferme flemmards, stupides.

J'apprenais que Sainphiloup l’appréciait si bien

Qu’il lui faisait des préparations pour les foires.

Il montait vite ses grades et on le voyait bien

Un vrai chien de carrière me direz-vous sans croire  !

Le dernier concours, à la foire, le place premier .

Il avait cependant des faveurs de la ferme.

Ce dernier à l'embauche déraison du fermier

C'est déjà un indice, me direz-vous aussi !

 

Chien loup 4

 

Des collaborateurs unis par un accord

Des collaborateurs unis par un accord

Loupssi n'était le seul associer de la ferme

Une nonce de bureau était amie proche alors

De ce Sainphiloup, l'actuel élise en terme  !

Un second indice, Chevrodor, un adjoint !

Mais est-ce égal pour Chienloup cette embauche ?

J'ai mené enquête il y a bien une lueur

De propre aux ordres des fermiers qui sont proches !

Sainphiloup et Loupssi avaient bien affirmés 

L'offre aux autres chiens de garde de la ferme

Sauf qu’ici deux chiens-gardes pourraient confirmer

Un berger gris et l'autre une chienne terne.

C'est le rôle qu'avait Loupssi de se confesser

Aux maîtres-chiens pour les dissuader ce rôle

Donc Sainphiloup privilégiait à pousser 

Chienloup dans sa préparation sur sa parole !

 

Pour des raisons d'ordres dirigeantes des fermiers !

Ce vice de forme passant outre d’états collectifs

Donnait Sainphiloup la main mise aux affaires

Un pacte entre maîtres d'ordres affectifs

Donnait pouvoir à Chienloup le droit de tout faire.

Lui confiant d’être le chef des chiens de garde du pré.

Il avait l’honneur d’être le meilleur chien de garde

Les autres chiens jaloux le veillaient de près.

Bref, un chien de troupeau mettons-nous en garde !

De nous, il n’avait pas l’étoffe d’un gentil chien !

Pour raison de non respect il chassait une chèvre

Sainphiloup pensait de ce rebelle que du bien,

Hors ce n'était pas les avis des autres chèvres...

Pour nous, Chienloup n’était qu’un gardien très gourmand

Avide et le mal habitait son être

Il avait toujours raison devant tous plaignants.

Une complice était cette chienne, Divinestre !!!

 

Une nouvelle équipe à abord d'exemple

C'est évident, Chevrodor, une complicité

Une nouvelle équipe au abord d'exemple

Sous régie de plusieurs dirigeants de fermiers

Il y avait Loupssi, puis une autre dirigeante.

Sainphiloup donnait raison les affaires aussi

Des années sous son règne dirigeante

A supporter l’humeur de ce fermier Loupssi

Un gérant supérieur à langue intrigante.

Les maîtres-chiens se retrouvaient chaque midis

Autour d'un bon repas et loin des cuisines

Parlant affaire à un thème qui lie l'érudit

Mais aussi d'avenir en comparse d'usine.

Ils parlaient de la future élection, de peur

Que Chienloup ne pouvait pas être élu, chose

Qu'il ne fallait jamais en bavarder, d’ailleurs,

Car Chienloup se croyait si sûr, c’est quelque chose !

 

Chien loup

 

Le comportement d'ego de la chienne, Divinestre

Lors d'une investigation j'ai remarqué dans le pré

La chienne, terne, traîtresse, Divinestre

Avait donc, un comportement plébiscité

Dans l’estime de ce chien loup, son chef-d’orchestre !

J'ai pris du temps à comprendre son complot

Son regard mielleux au goût d'orange amères

Endormait tous les moutons et même les plots

Elle me toisa légèrement comme une génère.

Je sentais, en elle, une traîtresse des loups

Comme si elle fuyait ma présence et fit silence.

Par maintes fois, elle oscillait l’œil à Chienloup

Qui était placé juste derrière moi, en transe !

J’avais l'intuition d'ego par son comportement

De comparse qui vous éblouissait d’envie

Cette chienne manipulatrice simplement.

Une chienne-louve qui mentait aux autres.

  

Divinestre, une chienne pervertie

L'interrogeant sur le suicide du bélier

Tel fut ma surprise de n'en savoir plus sur elle

Un résultat anti-mystique d’associer !

Sauf qu'elle ne paraissait plus sûr d'elle !

Sa course poursuite vers Chienloup pour ce bélier

Était liée de mensonge couvrant son maître.

Est-ce Chienloup était son amant pour s’allier ?

Pour moi il y a compère qui se cachent, peut-être.

Elle n'en rajoutait plus me dirigeant autre part !

Ma première vue me peinait de Divinestre !

Elle n'est pas à sa place ici, mais quelque part

J'ai pu voir en elle une perverse maîtresse !

Une chienne aux satanismes perversions

D'après autrui elle amorce ceux et celles,

Par ses sentiments sincères et sa séduction

Puis vous emmène tout droit dans son piège à grêle.

  

Mona Lisa une chèvre Joconde mystérieuse

Chevrodor, j'ai interrogé par la suite Mona

Une chèvre forte aux regards de la Joconde

Un spectre à drille et mystérieux coutelas !

Pardon, j'en juge ainsi par intuition d'ondes.

Notre interrogation sur le suicidé

N'avait rien apporter de plus à ma liste

Elle était absente d'objection élucider !

Me déclarant plutôt ce contrat finaliste.

Oui, Chevrodor, elle allait quitter ce cheptel

S'il n'avait pas eu la Moutonne maboule.

Ce différent n’est pas vraiment accidentel,

Car Chienloup n'avait pas signaler la foule.

J'aimerai bien la connaître et la questionner,

La seule qui m'a mis un rappel de Moutonne,

C'est Mona Lisa la Joconde à espionner !

Il y a du mystère dans cette affaire traîtresse !

  

Comment a t-il évolué en tant dirigeant ?

La nouvelle bergère m’avait interrogé.

N'étant point une employée lors du suicide

Elle croyait à cette version sans proroger,

Faisant décupler ce chien-loup de ce suicide.

Je pense qu’il y a une autre raison dessous !

J'avoue de l’amertume pour cette femme

Qui juge, sans connaître les faits qui nous ont sciés.

C’est évident pour nous, Chienloup est infâme,

Que peut-on dire de ce chien loup à vocation

Gourmand, carriériste, pervers narcissique ?

Tous les sauces résultent à mauvaise gestion

Pour les moutons de cette ferme si classique !

Comment croire à Chienloup en tant dirigeant ?

Quelle cause, quel but plaît-il à la bergère ?

Pourquoi Sainphiloup l'avait-il fait dirigeant ?

Trop de questions à se poser restant mystères !

 

Chien loup moutons 02

 

Un Loup ce chien-loup dans toutes perversités

Sur le suicide, il rajoutait, ne pas saisir

Le but du bélier qui était un brave

Un bouc sans histoire et sans le moindre désir

Père de famille ayant des problèmes graves.

Les moutons disent qu'il avait menacé de mort, 

Chienloup, qui l’avait poussé de la falaise !

Le bélier réclamait-il l'aide à son sort ?

J'avoue n'avoir pas eu de réponses lucides.

Un loup ce chien-loup dans toutes perversités

Il détournait l'enquête le trouvant inutile !

De plus les chèvres ne font des diversités.

Toute la ferme en voulait Chienloup, quel mobile ?

Il s'est suicider en tombant, tout est fini !

La vie a reprit, maintenant dans la ferme !

J’ai un janotisme qui est indéfini

Je ne croix pas que c’était là un malheur de ferme !

 

Qui lui réclame, ni famille, ni amis, ni Dieu ?

N'ayant pas de personnes qui réclamait procès

Encore moins son seul chevreau à ce pauvre bélier,

Que Sainphiloup avait bel et bien enterrer

Nous avions conclus « Dossier fermé sans preuve ».

Voilà, une enquête qui se termine, Chevrodor.

Il n'appartient désormais au domaine mystique

Ce n'est plus nos affaires, dossier classé qui dort

Dans quelques fonds de tiroirs et juridique.

Qui lui réclame, ni famille, ni amis, ni Dieu ?

Tout rentre dans l'ordre pour tout ce petit monde.

Ils continuent leurs acheminements odieux

Par l'envoi de cette chèvre, Moutonne, aux fondes.

J'ai pu la rencontré, discuté avec elle

On disait qu'elle était en soin en asile

Dans ce service on ne parlait déjà plus d'elle !

On pense que Moutonne est folle trop facile !

 

Moutonne une pièce chevrette à supprimer

La bergère avait tout fait d’une disculpation

J'ai pris donc cette affaire sur mon propre compte

En créant une fausse brigade d'investigation.

Me faisant malade, j’ai vu Moutonne, je vous conte :

« La bergère qui la soignée restait près du lit

Elle m'incombait à l'investigation voulue

Mais elle comprenait pas le langage des brebis,

J’ai tout connu, presque, sur certains prévalues.

Moutonne me bêlait l'existence hominien

De cette bergère qui écoutait mon enquête

Moutonne me glissait à l'oreille un nom d'un lien

Qu'elle me disait de voir de prendre sa quête.

Tout à commencer aux plaintes de ce bélier.

Se blatérant devant Chienloup et Divinestre

Pourtant qui aurait penser qu’ils avaient reliés

Cette plainte de moutons à une cause fenestre.

Mais venons au début ce qui causa ce malheur :

Un matin les chiens Chienloup et Divinestre

Faisaient leurs rôles en tant chiens épieurs.

Sauf que ce jour, nous ramenant Divinestre...

Ni la bergère et ni Sainphiloup n’avaient

Vus Chienloup éloignait le bélier loin de la ferme.

Ce chien-loup envers ce pauvre bélier l’avait

Poussé vers le bord, le bélier tomba, en terme.

Puis il nous a rejoint sauf, j’étais un témoin

Gênant, qui l’avait vu poussé vers le vide.

Chienloup me toisa brièvement en allant loin

Avec Divinestre pour trouver l’évide !!!

J’ai bêlé tant que j’ai pu, pouvoir avertir

Aux autres moutons de ce que j’ai vue.

Soudain Chienloup me bascula à m’affaiblir

Je me suis réveillée, gardant ce point de vue.

Je reste persuader que cette mort était

Un quitus entre ce bélier et cette chienne

Divinestre qui était trop proche, s’il vous plaît,

Laissez moi vous dire tout sur cette chienne.

Je suis ici depuis longtemps pour la juger

Divinestre est la chienne, dangereuse

Pour cette ferme car elle sait la préjuger.

Au début elle était si gentille et heureuse.

Je me souviens d’elle il y a déjà longtemps

Elle nous faisait entrer et sortir de la ferme

Sans aucun soucis et prenait tout son temps

Car elle est toujours une paresseuse, en terme.

Divinestre aimait nous écouter bêler

Si à se demander, nous comprenait-elle ?

Puisque non, car nous sommes des brebis à bêler !

Ou bien que oui, puisque nos paroles vient d’elle…

Exemple, un jour, j’ai dis au bélier ceci :

Il y eu vol d’aliment on nous accuse

Alors comme tu es près des vivres, soit ainsi

Très bienveillant car Divinestre nous accuse.

Cette chienne-louve nous espionnait toujours.

Elle avait comprise ma faiblesse, tout dire

La vérité, elle reportait nos dires du jour

A Chienloup qui s’attendrissait à ses dires.

 

La méchanceté, est-il là, un élément ?

Chien loup moutons 01

Cette chienne est une perverse du mal

Partout et s’en réjouisse de faire des blessures.

Elle connaissait ce que valait ce chien-loup mal

Pour déformer toute vérité en griffures.

Cette chienne est une croisée louve et chien

Ce qui me fait penser qu’elle est de la même race

De Chienloup, mais n’a pas le même titre de chien,

Auquel vient s’ajouter un élément tenace...

La méchanceté, est-il là, un élément ?

Certes, je suppose qu’après avoir l’écoute

De cette pauvre, Moutonne, qui est durement

Affaiblie, demandant du repos qui coûte…

Bref, il me faut ici qu'un peu de réflexion :

« La méchanceté est caractéristique

D’un sentiment d’infériorité d’une flexion

Égoïste qui oblige à des risques.

Divinestre est donc une perverse qui

Son ego lui pousse à émettre des troubles

A autrui, en obligeant de salir à qui

Elle aurai par instant, l’envie qui lui trouble.

Se sentant l’obligation de nuire à tous

Les animaux qui représentent une brillance !

Comme cette pauvre Moutonne qui sait tout !

Est-ce là le refus d’une différence ?

Pourquoi Divinestre et Chienloup veulent l’écart ?

Parce Moutonne n’est pas comme eux, complice.

Je vois, j’entends, je dis tout, je suis au placard,

Je deviens une cible pour les complices.

Que cherchent-ils à gagner agissant ainsi ?

Ils cherchent l’honneur du mal qui nourrit la gloire,

En écartant les plus faibles, soit, les brebis.

Nous sommes pour eux des moutons et moire.

Moutonne est une victime de scrupuleux

Qui mi-loup, mi-chien fera tout pour nuire

C’est-elle mise en danger pour savoir tout d’eux !

Non, mais elle était placée au mauvais endroit.

Pourquoi avoir pousser ce bélier en le suicidant ?

C’est la question, Chevrodor, que je me pose ?

Chienloup n’aurait-il pas fait un pacte méchant ?

Je mets en doute la présence des loups, j’ose !

Chienloup nourrissait, sans doute, ces loups dangereux

Le fait de pousser le bélier vers la falaise

Constituait leurs gains en guise d’échange entre-eux.

Ce n’est qu’une idée, mais Moutonne ne leurs déplaise.

Cette dernière avait le besoin d’exprimer

Sa colère, sa haine et de tout nous le dire,

Sauf que dans cette clinique j’étais réprimé

Mes soins furent vite fait pour éviter le pire.

Le pire de quoi, la bergère que sait-elle vraiment ?

Elle pense plutôt à l’argent de la récompense

Des élections de Chienloup, truquées par moment

Qui fait l’honneur de Sainphiloup dans cette danse.

Si bien qu’ils ne connaissent pas leurs propres chiens !

Leurs aveuglements font passés leurs gains en perte.

Moutonne n’ayant point vu, ce bélier, mort pour rien.

Nul n’aurai concéder à poursuivre s’y perte.

Cette fois-ci, Chevrodor, je m'étais résigné

L'affaire du suicider s'en était qu'un suicide

Ni Chienloup, Divinestre, en sont désignés

Même Sainphililoup était resté lucide.

Mais pourquoi garde t-on en soin la moutonne, Bouc  ?

Elle est bien malade, Chevrodor, peut-être folle !

C’est ce qu’on raconte, sur elle, dans à braire les boucs.

Mais il se passe quelque chose de frivole !

J'étais navré de ne pas pouvoir tout savoir

Mais je devais faire preuve de plus de sagesse

En abordant là un sujet qui risque d’être noir

Je préfère attendre sa sortie, en largesse.

Pour questionner Moutonne et sur tous les faits

Le jour que Chienloup avait poussé au suicide

Ce pauvre bouc pur à commettre tel forfait.

Non, il y a là un acte homicide !

 

Chien loup moutons 03

 

Je pense que Bouc était la proie des loups

Mais, Moutonne, était devenue gênante.

Donc, elle est aussi en danger permanente... 

 

FIN de la première partie...

Moralité :

 

Qui plus doux qu'un mouton qui broute l'herbe verte, aux champs libres, sous l’œil aguets de son ennemie le loup.