Complot

 

AVERTISSEMENT

Cet essai roman-poétique est une œuvre fictive à caractère de réflexion.

Cependant l’œuvre n'est pas basée sur la Vérité mais à des événements réels.

Cet essai n'a pas de vocation à des pensées religieuses et ni de sectes.

 

Séries "Les Singes de la Vérité: Je vois Tout ! J'entends Tout ! Je dis Tout" !

 "Dire la vérité n'est donc un un devoir qu'envers ceux qui ont droit à la vérité. Or nul homme n'a droit à la vérité qui nuit à autrui"

 (Benjamin Constant)

 Quand le jour où le Corbeau parlera, des langues se délivreront et des têtes tomberont aux abîmes des sens du mal….

La cryptographie est une discipline de la cryptologie (la science des secrets), s’attachant à protéger des messages assurant confidentialité, mais aussi d’authenticité et d’intégrité.

                                               

                                               08.

                                Retour à la réalité pour Doub

 

    Doub devra nourrir les heures de ses journées, jusqu'à la sève

de sa frénésie en poétisant sa vie dans son bureau

par une vraie tendance à confondre les phrases sur ses lèvres.

Ce doux sapin poétique de Noël va vers ses propos.

La poésie reste un loup pour l’homme, autrefois, la Fontaine

codait ses actes par des vers et des mises en situations.

On supprimait l’Homme par la nature de peur de la haine.

La poésie est l’arme du démuni à révélation.

Si en face, une riche armée d’organisation veille,

Complot 1

 

Doub avait l’habitude des passions artistiques et fort

heureusement, sont liées à son courage qui s’éveille.

Il attend rien de la popularité mais de ses efforts.

                           666

La vie de Doub était dissimulée derrière ses actions.

Le célibat lui avait permis d’être un détective

privé et avoir monter leur cabinet d’investigation

près de l’église de Rennes-le-Château, la foi motive.

Doub de son vrai nom, Paul Doubert, est aussi bien qu’un lieutenant

de Police qu’un ex infiltré de la police secrète.

Il est diplômé d’étude des Beaux-Arts. C’est en décryptant

les secrets des peintres, qu’il avait eu des actions discrètes.

Cependant son passé d’infiltré fut d’un triste incident

de confusion numérologie des trois neuf inversables.

Ce qui lui fit fatale à sa carrière de lieutenant,

par mesure disciplinaire sa démission était enviable.

Sa passion pour l’Art et le cryptage est en phase de retour

dans sa vie où la monotonie était alors son maître.

Il n’avait eu que des échecs dans son travail, qui l’entour

et les pires trois chiffres «666», Mission Lucifer-maître ».

Comment n’avait-il pas interprété la codification

des chiffres « 999 » étant le piège lance-torpille !

Un jeu de déchiffrage d’un cybergraph à mission

la plus importante a eu raison d’échec d’escadrille.

Un cybernaute lançait un jeu dangereux sur l’internet.

« Mission Lucifer-maître » et avec à la clé des chiffres

décryptés, l’un des points d’attaque torpille sur le net

par des jeux de crypta-numérologie par des chiffres.

Le chiffre 9 de par sa physionomie est tourné d’autrui.

Il est la générosité et l'altruisme. La somme

des neufs premiers entiers, réduite, égale 9. Il est celui,

le seul de ces nombres qui étant multiplié, en somme,

se réduit à lui-même (3x9=27=9) :

Par ailleurs il est donc le symbole de l'accomplissement,

et de l'aboutissement. Le 9, à la fin du cycle,

est une phase de purification et tout simplement...

Le chiffre 6 est tout à la fois symbole d'opposition.

Car il est le pendant du 3 pour la deuxième trinité,

à la recherche d'un équilibre : le médiateur entre

les 2 dimensions. Il représente et à ne plus citer

un jeu de mots qui unit l'harmonie à symbole qui entre.

Le cybergraph avait émis 3x9=27

la somme égale obtenue, (soit 9), écrit en trois fois.

Doub pensait "999" sauf qu’il n’avait pas lu qu’après 27

l’auteur précisait que le résultat obtenu n’était, faisant fois

d’effet de reflet de miroir près d’un lieu où il se trouvait.

Ayant localiser l’endroit, Doubert lançait sa troupe d’homme

Pour une opération torpille au numéro "999", mais

surprise, ils avaient ouvert le feu trop tôt sur des hommes

innocents qui jouaient, cette après-midi, aux pokers menteur.

Plus tard Doub avait appris que le numéro du cybernaute

était le "666" et qu’il avait déménager par heur !!!

C’était une grave erreur et il a payé la note...

  

                                              09.

          Retour au bureau : Chercher l’erreur !

 

          Noël a donné envie à Doub d’écrire des poèmes.

Parfois, ils leurs arrivent, au travail, de voler leurs passions.

L’un joue à son jeu en ligne et l’autre écrit ses thèmes.

Ô fait-on d’eux des gens qui font du mal s’ils ont des vrais passions ?

Mais dans ce bureau, il avait hâte de faire sa plaidoirie.

Doub sortait de sa poche son carnet de détective à Dor.

Son collègue enquêteur s’impatientait de tout connaître.

Il avait jamais vu Dor aussi concentrer sur sa déclaration.

Il était impatient de savoir pour faire son paramètre.

Doub avait révélé tous les détails de cette opération.

Le jugeant aboutir, ils pouvaient ré-ouvrir l’enquête.

Il écrivait par la suite son rapport relisant son carnet.

Dor continuait le sien et semblait monter une requête

sur des détails de Sœur Marieste au sujet incarné.

Doub lui racontait la fin de l’entretien avec l’artiste.

Dor relevait de brèves notes sur son carnet d’instruction.

 

Doub avait confiance à Dor depuis que le bureau existe.

Ils travaillaient ensemble depuis sur des investigations.

De toutes les enquêtes menées, se sont celles sur Philidor

qu’ils n’ont jamais gagné, c’est d’ailleurs Dor le dépositaire 

à la justice. En face, y a-t-il un complot en OR ?

Doubert cherchait-il vraiment des preuves extraordinaires ?

Dor lui posait des questions sur Mariestre et Noël.

Et Doub répondait souvent avec le professionnalisme

qu’il entretenait avec eux un entretien rédactionnel.

Dor écrivait et commentait les sujets d’ordre d’altruisme.

Bien souvent, sur des points, ils ne sont pas du même avis.

Dor n’appréciait pas sa façon d’investigation solitaire.

Pour lui rien on ne doit être perso c’est ce qui préavis.

La réalité est autre que le mensonge prolétaire.

 

IMG_5595

̶ Doub, nous nous éloignions de notre enquête n'est-ce pas…

̶ Je pensais aussi mais quelque chose me dit qu'on arrive.

Il nous reste que la complicité sans faire de faux pas !

Je me rapproche de Mariestre et Noël sans dérive…

̶ Pour ma part, Doub, revenir sur cette investigation

avec désir d’inclure une sœur non malade ni folle

serai de dire que nous nous reculons dans notre position.

La justice avait donné son verdict, je tiens parole

de vous aidez dans la requête, cependant, j’ai l’impression

que cela nous ramène vers nôtre perte personnelle.

Surtout qu’il nous faudra du temps pour cette investigation,

que nous n’avons pas, agent Doub, c’est ici ma vision réelle…

̶ Agent Dor, avec le respect que je vous dois depuis deux ans

que nous nous connaissons, il est vrai que perdre une affaire

par manque d’instruction aux dossiers a fait des perdants.

Il est vrai, revenir sur un passé éprouvant c’est faire

l’illumination du mal. Pourtant il y a une chose qui m’alerte un peu,

c’est la position délicate de cette sœur Mariestre.

Selon Noël, elle est la clé de ces nouvelles ordres tortueux

que j’aurai aimé uniquement savoir qui mène l’orchestre ?…

̶ Agent Doub, je dois vous avertir que vous courrez un danger…

̶ Un danger, agent Dor, je ne vois pas lequel. C’est la preuve,

qu’il existe bien un complot qui souhaiterait nous changer ?

Pour ma part je continue l’instruction et j’aurai les preuves...

                                                *

Peut-on apprendre ou réapprendre par erreur ?

 

      La philosophie est-ce l'art de passionner la poésie ?

Si l'arbre de la connaissance progresse par abrogation.

Est-ce apprendre ou réapprendre sur soi-même n'est frénésie

Ou consiste à voir ses erreurs par identification ?

La connaissance de soi peut être une redécouverte

se connaître permet de voir ses erreurs, puis les dépasser.

Toute personne connaît l'erreur dans sa vie, la découverte

est cependant un trouble psychisme qui vit sans se passer !

Le savoir d'une faute ou d'une erreur soit commise

fait un creusé psychologique à réapprendre de nous.

Connaissons-nous vraiment ? Telle est la question de mise.

Il faut se remettre en question : l'erreur reste un atout

majeur de l'équilibre de soi-même et une blessure.

La cause à l'effet : commettre l'erreur par irréflexion,

Ce sentiment profond de haine en soi nous gêne, ô glaçure

du temps à l'effet de la connaissance de la réflexion.

La connaissance de soi-même : je suis ou bien qui suis-je ?

Connais-tu toi-même, tu connaîtras celui qui vit en toi !

On croit si bien se connaître mais on sait pas le : qui suis-je !

Je suis moi un directeur, un cadre, un point c'est tout c'est quoi ?

On n'est pas inquiet de notre sort car on si croit surhomme !

On pense se connaître et on connaît sa première erreur.

L’ignorance sur soi-même est suffisante pour l'Homme.

Hors il ne le sait pas qu'il est le plus souvent dans son erreur.

Se connaître pourrait nous éviter nos erreurs commises.

On affirme se connaître quoiqu'on ne se connaît pas !

Le meilleur de soi-même passe par la connaissance de mise

en place d'une étude auto-psychanalyse, bah,

un terme philosophique freudienne montrant le rôle

de la personne faisant une erreur à des comportements

de honte dans l'oubli, de colère dans les lapsus ce qui est drôle

c'est qu'on ne veut pas reconnaître ses erreurs, on n'en dément.

L'orgueil joue un rôle de primordiale dans l'effet de fautes.

Au fond on sait qu'on a pris conscience que c'est un erreur.

Mais le reconnaître serait nous dégrader de nos hautes

fonctions magistrales aux solécismes de nos décideurs.

Il est simple de reconnaître les faits pour mieux en vivre

et pour se donner de la crédibilité envers autrui.

Mais la hiérarchie ne connaît pas de faute de poursuivre

sur ses erreurs afin de les reconnaître sans faire de bruits.

Rejeter le savoir pour laisser place à une nouvelle

conception de mensonge pourrait nuire la réalité.

Dans ce cas d'erreur on réapprend à découvrir d'elle,

la faute, et que nous sommes responsable d'assiduité.

Autrement ce n'est pas eux, les complotistes et les autres

qui ont fait des fautes c'est nous qui endossons sans le prouver.

Nous sommes victimes d'organisation et des fautes

que nous même, la victime, nous pouvons faire sans l'approuver.

Ce qui cause désordre c'est le refus de connaissance.

En détruisant les connaissances mal faites en analysant

le problème on envoie la solution d'erreur aux méfiances

puis la notion de réapprendre n'est qu'une cause faisant

la réalité des choses un facteur clé de son être :

on est ce qu'on est, et on restera un manipulateur.

Face à ceci il faut être un bien connaisseur, peut-être,

qu'il faut déjouer les erreurs qui sont commisepar l’auteur©.

 

Fin de l'épisode... 

 

Apôtre Pierre Sion 5 Platon et le signe de Vinci

 

"Pétrus romanus"

Pétrus est un auteur "apocryphe", Maître en poésie-philosophique. C'est le "messager7" de l'annonce du Dernier jugement: "L'Eglise", de Pierre (le Romain, l'apôtre) et du "Juge redoutable"(Jésus) et de Marie-Madeleine.