AVERTISSEMENT

Cet essai roman-poétique est une œuvre fictive à caractère de réflexion philosophique.

Cependant l’œuvre est basée sur la recherche de la Vérité à des événements réels.

Cet essai n'a pas de vocation à des pensées religieuses et ni de sectes.

 

Séries "Les Singes de la Vérité: Je vois Tout ! J'entends Tout ! Je dis Tout" !

 "Dire la vérité n'est donc un un devoir qu'envers ceux qui ont droit à la vérité. Or nul homme n'a droit à la vérité qui nuit à autrui"

 (Benjamin Constant)

La cryptographie est une discipline de la cryptologie (la science des secrets), s’attachant à protéger des messages assurant confidentialité, mais aussi d’authenticité et d’intégrité.

 

Jésus le Titien

                                                     8.

                          Jésus était-il mort sur la croix ?

 

̶  Seulement Paul, dit Noël, il y a une hypothèse apocryphe sur la mort du Christ et des scénarios différents dont voici une :

« Après la crucifixion du Christ il aurait survécu de ses blessures. Des experts parieraient forts que sa mort n’était pas sur la croix. Une explication : si en espace de plusieurs heures dans une position inconfortable et en admettant que ses mains et ses pieds étaient traversés par des clous, il est plausible qu’il soit mort sur la croix ! L’évangile selon Jean dit : «  Ils se saisirent donc de Jésus. Jésus sortit de la ville, en portant lui-même sa croix , pour aller à un endroit appelé ‘’ le lieu du crâne’’ qu’on nomme en hébreu le ‘’Golgotha’’. Là, les soldats clouèrent Jésus sur la croix. En même temps , ils mirent aussi deux autres hommes sur des croix de chaque côté de Jésus qui se trouvait au milieu. » (Jean 19).

̶  En admettant que Jésus serai mort d’hémorragie il serait alors logique d’avoir une réflexion là dessus, n’est-ce pas !.

̶  Une chose est sûr père, dit Marie calmement, dans le récit de Jean ce dernier ne fait pas part qu’à 15 heure à la dernière clameur du Christ que le temps se changeait en orage et laissait entendre la colère du Père à son fils. J’ai le texte sous les yeux :

« L'obscurité de la Crucifixion est un épisode rapporté dans trois des évangiles canoniques selon lequel le ciel devint sombre durant la journée lors de la crucifixion de Jésus. Les écrivains chrétiens antiques et médiévaux ont souvent traité cela comme un miracle et croyaient qu'il s'agissait d'un des rares épisodes du nouveau Testament ayant été confirmés par des sources non-chrétiennes. Des commentateurs païens de l'époque romaine ont décrit cette scène comme étant une éclipse, pourtant des auteurs chrétiens ont souligné que cette prétendue éclipse arriva durant la Pâque, quand la crucifixion a eu lieu, ce qui aurait été impossible car une éclipse ne peut pas se produire pendant la pleine lune ».

̶  Je suis d’accord Marie dit Noël en prenant ses lunettes de vue, cherchons dans Wikipédia. Ce dernier explique :« L'érudition moderne, notant la manière dont des contes similaires ont été associés dans les temps anciens avec les morts de personnalités notables, tend à considérer ce phénomène comme une invention littéraire qui tente de transmettre un sentiment de la puissance de Jésus face à la mort ou un signe du mécontentement de Dieu envers le peuple juif. Les chercheurs ont également noté la façon dont cet épisode renvoie à d'autres évocation de l'obscurité comme signe venant de Dieu, dans certains livres de l’Ancien Testament ».

 

 

Eclispe Soleil 1er sept 2016 7

 

 

" C'était environ à la sixième heure, quand le soleil s'éclipsant, l'obscurité se fit sur le pays tout entier... " Pur symbole ou vraie éclipse, la Bible n'a pas encore livré tout son secret.

 

    On trouve dans des textes très anciens de nombreuses références à des manifestations célestes qui, à la lumière des sciences modernes, peuvent facilement être assimilées à des phénomènes astronomiques. C'est le cas de l'Ancien Testament. L'allusion à une éclipse totale de Soleil qui paraît claire : " En ce jour-là oracle du Seigneur Yahvé, je ferai coucher le soleil en plein midi, je couvrirai la terre de ténèbres en plein jour. " Dans le Nouveau Testament, plusieurs passages évoquent aussi ces phénomènes célestes. L'Évangile de Matthieu : " Aussitôt après ces jours de détresse, le soleil s'obscurcira, la lune ne donnera plus sa lumière, les étoiles tomberont du ciel. " Les Actes des apôtres : " Le soleil se changera en ténèbres et la lune en sang. " L'Apocalypse de Jean : " Le soleil devint noir comme un sac de crin, la Lune entière devint comme du sang. " Mais l'allusion la plus célèbre concerne la fameuse éclipse de la crucifixion.

 

Trois des évangélistes font référence à l'obscurité qui tomba lors du supplice de Jésus. Luc la décrit ainsi : " C'était environ la sixième heure quand le soleil s'éclipsant, l'obscurité se fit sur le pays tout entier, jusqu'à la neuvième heure. " Cette " éclipse " est-elle réelle ? La question intéresse beaucoup les astronomes. Mais également les historiens qui aimeraient déterminer avec exactitude la date de la crucifixion. Il n'y a pas de certitude sur le jour du supplice de Jésus, pas plus que sur sa naissance. On sait cependant que la Passion se déroula pendant que Ponce Pilate était procurateur de Judée entre 26 et 36.

     Durant cette période, il y eut deux éclipses qui pourraient correspondre aux textes, mais leurs données sont contradictoires. Si l'on tient compte de la description évoquant une éclipse solaire, il pourrait s'agir de l'éclipse totale de Soleil du 24 novembre 29 qui fut visible un peu au nord de Jérusalem et dont Serge Koutchmy (directeur de recherche au CNRS) et Pierre Guillermier (Société astronomique de France) ont reconstitué le tracé (voir Éclipses totales, chez Masson). Seulement, les textes sur la mort du Christ évoquent l'époque de la Pâque juive qui se déroule toujours à la pleine Lune, période où toute éclipse solaire est impossible. D'autres astronomes penchent donc plutôt pour l'éclipse lunaire du 3 avril 33 qui eut justement lieu lors de la Pâque. (voir P. Couderc, les Éclipses, PUF).

    Mais, là encore, le doute persiste. Cette correspondance entre les Pâques juive et chrétienne peut être purement symbolique. Les premiers chrétiens avaient intérêt à ce qu'il en fut ainsi... tout comme, plus tard, l'Église eut intérêt à placer la naissance du Christ le 25 décembre, date d'une fête païenne. Le texte biblique décrit plutôt une éclipse solaire mais le contexte historique indique davantage la période pascale. Une éclipse lunaire s'accorderait mieux avec la durée de l'obscurcissement évoquée par les textes. Alors quelle éclipse ? " Ni l'une ni l'autre ", répondent ceux qui voient dans la référence évangélique un pur symbole, voire une hallucination collective..

    Reste que plusieurs éclipses totales de soleil ont bien eu lieu durant cette période. Une troisième, non visible dans la région, se produisit le 19 mars 33, quinze jours à peine avant l'éclipse de Lune du 3 avril en Palestine. Il n'est pas impossible que certains calculs locaux l'aient annoncée, ce qui devait beaucoup impressionner : le phénomène coïncidait avec le nouvel an hébreu et aurait pu être interprété comme annonciateur de bouleversements politiques. Dans l'hypothèse où la crucifixion s'est déroulée pendant l'éclipse lunaire, l'éclipse totale de Soleil du 24 novembre 29 a pu être perçue trois ans plus tôt, comme un phénomène annonciateur marquant le début de la vie publique de Jésus. Si plusieurs mystères demeurent, rien n'interdit, en définitive, de penser que le symbolisme des Écritures a pris appui sur des phénomènes astronomiques réels. Ils ont juste été transformés, superposés et magnifiés dans le récit. Noël cite Christophe Lanier qui vient de publier ‘’Éclipses mythes et symboles’’ (Guide des éclipses, Peuples du Monde/Éd. de l'Adret).

 

                Le Golgotha d'aujourd'hui

                Le Golgotha  

 

                                                       9.

 

̶  Marie, si Jésus n’aurai été pas mort et qu’il avait survécu à ses blessures et grâce aux soins qu’on lui avait donné lors du passage de cette nouvelle tombe et cela grâce à Joseph d’Arimathée, ce riche notable qui connaissait très bien Ponce Pilate. Il est à noter qu’il avait demandé à Pilate, le corps de Jésus pour mettre dans son nouveau tombeau, acclame fortement Noël à sa fille.

̶ Bien que des évangiles nous explique en parenthèse, que ce mystérieux Joseph était connu juste après la crucifixion, il était resté dans l’ombre, et était l’un des disciples du Christ. Joseph craignait la colère des juifs, si on le voyait en compagnie de Jésus, lui dit timidementet sans vouloir le contrarier, Marie.

̶ Entre alors le mythe de « Nicodème »,celui qui était allé trouver une fois Jésus, pendant la nuit, il apportait environ trente kilos d’un mélange de « myrrhe et d’aloès » deux remèdes de guérisons, raconte Noël à fille.

̶ Ses disciples avaient pris le corps du christ et l’enveloppaient de bandes de lin. Ils y mettaient des huiles parfumées tout comme se fait la tradition juive lorsqu’il entèrent leurs morts. Puis ils déposaient le corps de Jésus dans ce tombeau neuf, où personne n’avait été déposé qui plus est à proximité du lieu même où le Christ fut cloué. Si Jésus aurai pu être simplement évanouit et donc il aurait été vivant, serait-ce possible ? Et si oui sa raison d’être délivré de sa mission aurai deux sens : Une, il est vivant parmi les morts et donc il est vraiment le fils de Dieu mort pour nous, ainsi soit l’Écriture Sainte. De deux, il est guéri de ses blessures et donc son corps est dans les deux cas exposé publiquement. On notera que Marie-Madeleine à jouer son rôle de fidèle « disciple » jusqu’au bout ! Elle est la première a avoir vu le tombeau ouvert, et puis la première a avoir vu Jésus ressuscité parmi les morts, n’est-ce pas père !

̶ Une hypothèse apocryphe met en scène un événement troublant. Si Jésus aurai rejoint Marie-Madeleine, après sa crucifixion et l’aurait même avant sa mort pu l’épousé, pourquoi pas ! Tous deux auraient vécu leur vie terrienne ici à Rennes-le-Château tout en secret, n’est-ce pas ! Ils auraient vécus l’amour de leurs descendances et auraient contribué un secret qui aurai commencé en France. C’est ici une intuition, notons que ceux qui ont ré-écrits les évangiles ont aussi mis des hypothèses afin que seule la cryptographie reste la clé de la Vérité, finissait de dire Noël.

 

      Paul Doubert les observait tous les deux sans pouvoir émettre sa réflexion personnelle. La première théorie sur la mort de Jésus est un point sensible et cependant il notait chez Noël une probable inquiétude. Est-ce que son prieuré n’a pas des raisons d’athéiste ? Enfin Paul se lance dans un début de réflexion afin de montrer qu’il est intéressé à l’ouverture philosophique de Noël et de Marie. Jusqu’à qu’ici il croyait que les Salvatrice allaient se diviser pour juste des réflexions d’ordre religieux.

 

̶  Dans une hypothèse cathare...dit Paul en hésitant. A cette épopée, il y a déjà de quoi anéantir tout un monde qui se nourrissait de vérité. Il est donc difficile de dire la vérité, car le savoir renferme un pouvoir en soi sur autrui. Les cathares ont été la tribulation du savoir et ce que renferme les indices des toiles de Léonard de Vinci est parmi les secrets qui jusqu’ici étaient les mieux gardés.

Jésus et Marie-Madeleine ont le secret divin du Graal. Les cathares auraient eus les preuves de leur union et auraient voulus le protéger mais le protéger dans quel but. Le concile de 325 par Constantin le Grand, avait réconcilié tous les romains et le monde au christianisme.

 

̶  Cependant Paul, lui révèle Noël en plissant le front et qui s’étonnant qu’on s’éloigne de ses idées, l’histoire de Jésus vivant sur cette terre est vérifiée. Des témoins l’affirmaient et l’affirmeront à jamais. Le christianisme a enfin son monopole mondiale et son Église se porte garante et propice de la foi en Christ. Alors que les Templiers sont allés voler des documents sous le Temple de Salomon et ont découvert un trésor unique et s’il était publié aurait changé le monde. Il restait donc, à mon avis, la seule solution de les supprimer. Ne laissant aucun élément troublant pour nous révéler la Vérité.

 

 

                Capture resto abbeye 4

                Extrait de la Cène de Léonard de Vinci

 

Le Prieuré de Sion aurait été une confrérie secrète mais son secret est sur le point d’être démystifié.

 

̶  En partant de la théorie du « Saint Graal », il était plus que pensable que la vie du Christ allait prendre un autre chemin, dit Noël. Pourtant avant d’aller plus loin, Jésus m’était apparu dans un rêve, j'affirme sérieusement.  Il était en élévation dans l’église où j’ai eu mon baptême et il m’a dit ceci:

 

 « Tu cherches la vérité et tu le trouveras car tu seras la Vérité ».

 

     Il m’est à présent difficile de dire du mal de notre sauveur Jésus-Christ car nôtre monde est né de sa Foi. En cherchant certaines vérités, j’ai moi même peur de trahir le secret mais fait-il de moi la Vérité ?

Si je poursuis cette révélation c’est faire l’aveu que nous vivons dans le mensonge des hommes d’église et qui ont détourné la vérité à leurs profits et cela pour l’argent. Le saint-Graal pourrait être l’union de Jésus-Christ à Marie-Madeleine c'est une simple hypothèse apocryphe. 

̶  Qu’iy eut spéculation autour des templiers puis des cathares avec une amplification avant d’être exterminés par l’inquisition ? Cela reste du domaine de l’histoire, Noël. Certes les derniers prêtres ont pu sauvé un trésor et qui pouvait être ni bijoux, ni de l’or mais un bien autrement plus précieux, plus humain c’est le Graal, permet d’y rajouter Paul.

 

  Doubert se prenait ainsi aux réflexions de Marie et de Noël. Paul voulait ainsi parler de sa dernière découverte en cryptographie sur la Joconde de Vinci. Marie reprend donc la parole autour du symbole du « Graal ».

 

                Capture saint-graal René Guénon

                Le saint-graal (extrait de la peinture de René Guénon  

̶  Le saint-Graal est-ce ce calice qui selon la légende avait deux versions ? La première c’est le calice du dernier repas de Jésus et l’autre version qui raconte qu’avec ce même calice de Jésus on aurai récolté le sang de Jésus sur la croix par Joseph d’Arimathée au pied de la croix.

 ̶  Oui Marie ajoutNoël, les cathares ont la troisième version le graal est plus que du sang il est royal dans l’union. Marie-Madeleine avait rejoint la France, évidemment la région d’Aude, après quelques années de la crucifixion. On y raconte, son embarcation sur un esquif sans voile, ni gouvernail qui quittait la Palestine (ou Égypte) vers nulle part et se dérivant justement aux côtes françaises (Sud de l’Hexagone, où la Gaule ?). Elle était accompagne de « Lazare » et ses sœurs et notamment de Marie de Béthanie et puis de Marthe. Il y aurai plusieurs autres disciples qui l’accompagnaient, et une jeune servante brune de peau et égyptienne qu’on nomme Sarah. Probablement les accompagnant, Joseph d’Arimathée et de Philippe celui qui écrivait leur récit. Ils accostaient en Camargue dans le petit village de Sainte Marie de la mer. Beaucoup voit en cette servante d’une douzaine d’année, Sarah, peut-être l’union caché entre Jésus et Marie-Madeleine. Sa naissance coïnciderait à l’époque de la crucifixion c’est à dire entre 26 ou 33 après Jésus-Christ. C’est donc cette cause qui prouve encore que notre calendrier aurai été décalé de sept ans !

Sarah une jeune servante à peau brune est devenue l’épouse de la dynastie des pré-mérovingiens. Dont la lignée mérovingienne qui se pourrait perpétuer de nos jours, mais en ce qui concerne l’affaire «Plantard » c’était faux et totalement faux. Bref, ce qui est intéressent de souligner c’est que Sainte-Sara est associé à la « Vierge Noire ».

Elle reste la preuve de la légende du Graal.

    Il se trouve aussi qu’entre le 18e et le 19e siècle des ouvrages littéraires romantiques mettaient en scènes cette légende. Mais c’est en 1982, quelle était popularisée dans l’Énigme Sacré ». un essai controversé réalisé en 1982 par trois journalistes britanniques : Henry Lincoln, Michael Baigent et Richard Leigh. La thèse de cet ouvrage a été reprise de manière romancée dans le best seller Da Vinci Code.

    Ils mettaient en scène des mystiques histoires de l’Aude autour de Marie-Madeleine et le saint Graal.

 

̶  Noël, ma question est peut-être impertinente mais je la soumets à nos réflexions : dans ton rêve celui de Jésus en élévation dans l’église ; quelle est sa couleur de peau ? Puisqu’on prétendait que Sarah est brune et j’hésite à le dire, sa fille !

̶ Pour te dire Paul il se tenait à dix mettre au fond et à l’entrée de l’église. Il y avait un contre-jour qui lui brunissait son beau visage. Ce denier pourrait présenter des traits marqués et une peau basanée, avec un visage large encadré d'une barbe. Avec les cheveux bouclés coupés court,  c'est les caractéristiques des juifs de l'époque. Maintenant être le père de Sarah c'est là, la question ?

̶ C’est là, Noël que je suis arrivé à Léonard de Vinci d’ailleurs Dan Brown et le « Da Vinci Code» en font mention du Graal, n’est-ce pas !

 

       Paul était persuadé que Vinci cachait un des secret les mieux gardé et que seul les ‘’Maître du Prieuré de Sion’’ connaissaient. Si Noël est le nouveau Maître alors son enquête aurait un sens. Noël, avec sa tendance de ne laisser exprimer sa fille avait fait l’erreur de dissimuler certaines informations sur le Graal. Paul souhaitait connaître la Vérité.

 

                                                      10.

La Cène L

 

La Cène de Léonard de Vinci 

 

̶  C’est Léonard de Vinci dans sa toile intitulée ‘’la Cène’’ qui nous le prouvera, n’est-ce pas ! Voyez-vous, en s’adressant à Marie et Noël, le calice est remplacé par Marie-Madeleine. Elle serait l’épouse secrète du Christ. On y ajoutera qu’elle portait en elle la descendance du Christ. Dans la Cène, de Vinci nous cache des nouveaux éléments auxquels nous allons tous étudier et de nous permettre de démystifier.

̶  En ce qui concerne le saint-Graal, il n’est pas mentionné dans la bible, puisqu’il s’agit d’une métaphore médiévale, lui souffle Noël.

Si on note que les Chevaliers du Temple étaient bien des illustres criminelles au cours des croisades et lors de leurs protections et cela pendant le pèlerinage des chrétiens pour Jérusalem. Comme aussi bien les cathares ils étaient les mythiques gardiens du Graal ! Ceci pourrait être expliquer que les Templiers étaient contrôlés par l’ordre religieux de Rome. Ce dernier, avait pour but d’exterminer les cathares et de leurs pillés de toutes richesses et surtout de supprimer les preuves de l’existence du Graal. Rome était politisée et le christianisme est devenu puissant voir même un État dans un État. S’il venait que les cathares se mettaient à parler après qu’ils ont obtenus maintes cadeaux d’État, que restera t-il de l’Église ? Cette ordre de suppression était prévisible. Le mariage du Christ et de sa compagne, Marie-Madeleine, aurait pu avoir des descendances, mais on ne ne peut prouver Paul ? Si telle situation était fondée alors il y aurait de graves conséquences directes et indirectes sur toute la communauté chrétienne du monde. Quel impact moral il y aura, si le monde connaissait cette forme de trahison, n’est-ce pas !

     Dans ces mots « Templiers féroce défenseur de la foi chrétienne » on voit bien leurs appartenances aux grands prêtres. Est-ce possible qu’une religion ordonne de tuer pour se protéger ? Les cathares étaient aussi les alliés de l’Église mais les voir ainsi disparaître constitue un retour au secret les mieux gardés. Se défend Noël devant Paul.

̶  Sauf qu’il existait au même sein de l’Église des prêtres se réunissant secrètement pour se confier, Noël, dit Paul en se rapprochant de sa mission. Le Prieuré de Sion en était une et d’ailleurs depuis la confrérie Franc-Maçonnerie égyptienne vers 4500 ans de notre ère, elle était la source qui détenait les secrets des cathares.

̶  Cependant père, dit Marie qui désire défendre la cause chrétiennel’armée du pape « Innocent III, avait anéanti et exterminé tous les cathares, dans la ville de Bézier. Il était nécessaire de fermer la confrérie pour cause du mal et des péchés qu’ils les ont entraîné à leur perte.

̶  Marie à raison, ajoutait Paul, Puis tout était des chuchotements dans le dos des papes à venir. C’est la rencontre de Verrochio, puis Léonard de Vinci que la confrérie reprenait belle. Le nom Prieuré de Sion disparu aussitôt. C’est la rose de croix qui prenait place par les dictions de Newton ...

̶ Remarquer que le nom qu’on avait donné aux chevaliers d’ordre nouveau était « inquisition », dit Noël en lui coupant la parole et en essayant de faire déviation. Ils étaient des criminelles religieux et n’hésitaient pas à massacrer des millions d’hérétiques sur l’ordre papale. L’inquisition a été créé en réponse à l’hérésie cathare. Faire naître la peur et le contrôle sur le reste du monde. Bien que les cathares ont du parler ou bien propager inconsciemment leur secret hors de l’ordre papale. Ce dernier avait du tout nettoyer et cela dans un bain de sang les adeptes aux mouvements et tous les dissidents. En procédant ainsi, Rome évitait les guerres mondiales.

     En 1885, entrait dans l’histoire l’abbé Bérenger Saunière. Il était abbé au village de Rennes-le-Château et sa découverte parlera bien plus qu’on imagine. L’existence des parchemins aux informations codés venant sûrement des ordres des cathares ou des anciennes confréries qui continuent toujours aux codifications des preuves. Dans ces manuscrits anciens il serait cependant crypté et renfermé la Vérité. Une énième quête d’affirmation de Marie-Madeleine et de Jésus vers le saint-Graal !

 

 

               Capture Vierge noire

 

                La Vierge noire (Sarah)

 

̶  Sarah était-elle l’initiatrice de la dynastie pré-mérovingienne ? Se questionna soudainement Paul. Ce dernier s’initie de plus en plus dans la conversation.

̶  Sarah-Damaris, est peut-être la fille de Jésus et de Marie-Madeleine, mais disons qu’en Provence elle épousait Anthénor IV, le Roi Sicambre un Pré-Mérovingien, lui répondit l’historien Noël Salvatrice.

̶  Tu confirmes que Sarah est bien le saint-Graal donc c’est un lien charnel entre le Christ et Marie-Madeleine…

̶  J’ai dis peut-être qu’elle est mais il reste une certitude sur le vrai ‘’Graal’’. Selon l’histoire cette Sarah-Damaris est bien la femme de ce roi, Anthénor IV qui était issu de la famille des Rois Troyens et bien avant de la branche de Zara, le fils de Juda, fils de Jacob-Israël. Sarah, la mystérieuse, devint l'ancêtre la plus illustre et la plus méconnue des Rois de France Mérovingiens, capétiens et Bourbons et cela par la branche autrichienne. Il y a des choses à révéler dans l’histoire de Jésus. Selon les dires, qu’on raconte que Jésus adopta l’apôtre Jean et il était reconnut comme son propre fils aîné, en le nommant ‘’Yeshuah-David’’. Dans le pays de Galles David devint un ardent défenseur de la Foi et un fidèle propagateur. Bien que prophète de l’apocalypse, Jean avait la mission de protéger Marie la mère de Jésus. C’est l’unique descendance du Christ-vivant à nous ! A la mort de Joseph d’Arimatie Yeshuah-David était président de l’Église ! On y ajoute qu’il épousa la fille de Nicodème et eut Alain qui fit partie des Douze Apôtres de l’Église réunis à Glastonburry et on le sait Jean fini sur l’île de Patmos en célibataire...

̶  C’est là, une des multiples versions historiques Noël, dit Paul qui perd un peu de sa technique d’approche dans un domaine historique et s’il est fondé sur peu de preuve. Mais seulement voilà, l’abbé Saunière avait du mal à décrypter ses parchemins trouvés. Il commit l’irréparable et impensable de la cryptographie à savoir : les documents sont retournés dans les mauvaises mains. A sa paroisse de son retour de Paris, il abandonnait sa vie de dénuement pour vivre dans un monde d’apparat. L’Église est-elle pour quelque chose Noël ?

̶  Évidemment l’Église avait connaissance de ces documents et probablement compromettant pour les chrétiens ! lui répond sèchement Noël qui n’a plus la maîtrise de ses réflexions sur autrui. Plus tard, dit Noël, il avait fallu répondre aux enquêteurs et il s’avérait qu’on accusait l’abbé Saunière d’avoir détourner l’argent de toutes quêtes. Une chose n’est pas claire car le village n’était pas si riche pour offrir à l’Église de grosses sommes. Saunière recevait plus d’argent que les quêtes en donnaient il reste toujours un mystère pour Rennes. De même sa mort en croix n’est pas seulement un mythe auquel le DaVinci Code présentait au tout début. Est-il une probable mise en scène d’assassinat ?

̶  Mais alors si nous regardons de très près l’homme de Vitruve, de Vinci lui savait quelque chose. Se faisant de Léonard un génie qui prophétise son art aux illusions futuristes, avise Paul, avec cette envie d’introduire les avis des maîtres du Prieuré de Sion, était donc parmi eux Léonard de Vinci !

̶  Paul en ce qui concerne les reliques mystérieuses trouvées dans l’église de l’Abbé Saunière, il y aurai une explication. Noël avait ainsi été piégé par Doubert, il continue:

Marie-Madeleine aurait écrit des reliques et qui au XIe siècle avait déclaré une telle bataille aux seins de deux institutions religieuses : l’abbaye de Vézelay et le couvent de saint Maximin. Ils se déclaraient une guerre pour prouver l’existence des reliques originales de Marie. Pourquoi ils n'ont pas été retrouvés d’autres reliques à Rennes-le-Château ? Marie-Madeleine aurait et selon des dires, qu’elle aurait passer ses trente dernières années de sa vie, dans une grotte française (Sainte-Bourg); à faire pénitence pour son passé de libertinage ou de prostituée !

̶  Le repenti était sa nourriture avec les anges du ciel, père, dit Marie en défendant l’Église. C’est à Vézelay qu’on localisait cette grotte. Puis c’est ainsi qu’on pourrait dire, près de sa dépouille, l’abbaye affirmait avoir récupérer les reliques.

̶  Historiquement Marie, ce fut une ouverture à tout public d’absoudre ses pêchés sur la tombe de Saint-Sidoine au lieu de celle de Marie. L’église de Vézelay devient le lieu de la chrétienté en France et jusqu’au XIIIe siècle. Vézelay perdait son prestige et les gens se retournaient en Provence. L’abbaye à cette époque fut évincer car des moines ont retrouvé les véritables reste de Marie-Madeleine et bien entendu dans le sud de la France et à Saint Maximin. L’église de ce village avait été créer par l’apôtre qui l’avait accompagner lors de sa traversée. Le même apôtre qui l’aurait donné les derniers sacrements.

    Lors des révolutions de nombreuses reliques sont curieusement détruite, il reste le crâne de Marie-Madeleine (le Golgotha) ! Cependant ce crâne est exposé à l’intérieur de l’église, dans une chasse en bronze doré. Le crâne est protégé par un masque qui donne l’impression d’un cosmonaute. Puis pendant la célébration de sa fête on promène son crâne dans un court pèlerinage. Le crâne de Marie-Madeleine aurait une signature qui est un bout de peau séchée entre les deux yeux à hauteur du front. On avait tout de suite fait le rapport que c’était le doigt de Jésus qui après avoir sorti du tombeau, la repoussa en disant « ne me retiens pas, car je ne suis pas encore monté vers le père ». Ce qui prouve bien que Jésus est été vivant mais il est monté près de son père. Autrement on aurait retrouvé son reste auprès de Marie-Madeleine.

 

 

                Complot

 

̶  Mais seulement, dit Paul, il y a une chose qui pourrait resurgir, la grotte de Sainte-Bourg on disait d’elle être un lieu dédié à une déesse païenne de la fertilité et donc je pense à «Isis ». Mais depuis cette grotte est oubliée, fermée et les preuves sont enterrées avec son secret. Cependant il reste une forêt dense, froide et puis très chaud lorsqu’on monte vers les montagnes. Des roches qui parlent et il y a présence du mal. Il y a une source de vie féminine et qui vous attire vers sa force. En montant les pentes chaudes on arrive vers la grotte de Sainte-Bourg et là, il fait un froid et vous glace totalement. En pénétrant il y a une humidité venant de son plafond et puis un seul endroit est totalement sec. C’est du domaine du paranormal me direz-vous ! A cet endroit certains affirment que c’est la place de Marie-Madeleine pendant trente années de sa vie ? La grotte devenait par la suite un haut lieu de pèlerinage pour les malades...

̶  L’Église reconnaît en Marie-Madeleine une sainte reconvertie et loin d’une pécheresse, coupa Marie.

̶  Je suis d’accord avec toi, l’Église est formelle à son sujet. Mais au début du XXe siècle on découvrait des idées la concernant et tout pour son image allait prendre une autre dimension. Il s’agit d’un secret égaré durant des siècleet j’étais sur le point de lui donner une nouvelle identité, qui se rapprocherait d’une déesse...

̶  Paul sais-tu qu’au sud de Égypte, près de la vallée du Nil, en 1945 qu’un paysan trouva un trésor enterré depuis deux mille ans. Enfoui sous un sol fertile une énorme jarre scellé sortait de sa cachette terre et ce qu’il contenait allait nous apporté des preuves tangibles à tous cryptographes. Un cahier de papyrus que l’on appelle les « évangiles gnostique » allait parlé. Il s’agissait de la plus importante découverte religieuse du monde voir même du siècle. Une rédaction en « copte » c’est une ancienne langue égyptienne, et ces écrits avaient été traduit en grec par la suite.

 

      Noël avait lancé une autre conversation afin de se faire oublier des erreurs précédentes. Noël se gardait du droit de réserve sur les secrets du Prieuré de Sion et Paul avait pu partiellement le faire avouer. Certes il avait souvenu d’un article sur internet, la mission de Paul Doubert en Égypte et il l’utilisait pour faire distraction.

 

̶ Oui Noël, je sais pour avoir fait des études antérieurs. On pense que ces documents sont d’origine du christianisme primitif. Elle appartenait à l’après Jésus, mais par qui ces écrits en sont l’auteur cela reste encore un point à savoir ? Pourtant les noms des personnages sont mentionnés et on pensait lors de cette étude que le scribe était Philippe. Sauf que son contenu est d’un nombre de cinquante textes et c’est probablement des anciens évangiles non reconnus. Il est vrai que ce document avait une chance d’être protéger et a été épargner par les hauts dignitaires de l’église. Ces derniers pensant que c’étaient des hérésies, ils les auraient détruits automatiquement. Ces écrits décrivaient les sujets de croyances qui ont surgi, juste après la mort de Jésus.

̶ Le gnosticisme se fonde sur l’idée que la divinité n’est pas une force externe telle que celle incarnée par le Christ, mon cher Paul, mais plutôt une attitude propre à chaque être humain. « Croyez en Jésus et vous serez sauver » se retrouvait dans les récits évangéliques mais au second, voir au troisième siècle. Il y a une connotation contraire dans l’évangile de Marie-Madeleine ; en effet elle écrit que le divin se trouve dans chacun de nous, puisque Dieu nous a créés à son image ! Cependant, chose qui deviendrait importante de le révéler ici, c’est la continuité entre le divin et l’humain.

̶  L’église n’admet pas cette hypothèse, père tolère Marie. L’évêque Irénée de Lyon, qui exécrait les hérétiques disait : «en dehors de l’Église il n’a point de Salut ». Autrement dit tout homme qui garde une continuité et un salut à même un saint et sans passer par l’église est un hérétique.

̶  Je le suis, ma fille, si on écoute l’église mais reste que cela n’est pas la vrai thérapie de la Foi à DIEU. L’église dit, sans elle et ses messes vous êtes perdus, se lâche Noël en mesurant ses propos religieux.

̶  Qu’on se le dit Noël, le gnosticisme fur condamner par les pères religieux avec véhémences, conclut Paul.

̶  Le grand théologien chrétien « Tertulien » avait déclaré que les gens se posant trop de questions, ce qui fait d’eux des hérétiques lui répondait Noël. A notre époque nous avons postulé pour une liberté de questionnement sur tous sujets. Et nous sommes arrivés à des conclusions que l’église nous tenait par la main. Mais en se détachant d’elle et de réfléchir par les livres, la poésie cela ne fait pas de nous un hérétique ou bien un païen, cela fait de nous un philosophe religieux.

 

Fin du troisième épisode

Textes protégés d'auteurs ©