Jésus

 

AVERTISSEMENT

Cet essai roman-poétique est une œuvre fictive à caractère de réflexion.

Cependant l’œuvre n'est pas basée sur la Vérité mais à des événements réels.

Cet essai n'a pas de vocation à des pensées religieuses et ni de sectes.

 

Séries "Les Singes de la Vérité: Je vois Tout ! J'entends Tout ! Je dis Tout" !

 "Dire la vérité n'est donc un un devoir qu'envers ceux qui ont droit à la vérité. Or nul homme n'a droit à la vérité qui nuit à autrui"

 (Benjamin Constant)

La cryptographie est une discipline de la cryptologie (la science des secrets), s’attachant à protéger des messages assurant confidentialité, mais aussi d’authenticité et d’intégrité.

 

Capture Rennes-les-bains (Fauteuil du diable)

                                 

 

                                        5.

 

                           Le fauteuil d’Isis

 

 

 

 

 

 

   Rennes-les-Bains, comme son nom l’indique, possédait son bain

des pauvres dits les Bains Doux, mais il y a une légende

qui veut que ce soit une autre source, dénommée depuis Bains

de La Reine qui guérit de la lèpre, ça appréhende

à Blanche de Bourbon (1339-1361).

Au duc Pierre Premier de Bourbon c’était sa seconde fille.

Et à celle d'Isabelle de Valois, exilée dans un

château le « Peyrepertuse » par son mari Pierre de Castille

cependant Pierre Premier était aussi appeler le Cruel.

En 1709, le curé de Rennes, Delmas Antoine,

fut la découverte d’un trésor en argent traditionnel

Relatant du Moyen Âge et d’objets divers de moines.

On dit du règne des Valois, permettant de penser, qu’ici

à Rennes-les-Bains qu’il existerait bien un trésor d’éloge.

Dans le courant du vingtième siècle, le village d’ici

Rennes-les-Bains, a fini par bénéficier d'étrange doge

magistrature qui popularise le village voisin

Rennes-le-Château. En effet, le curé de cette paroisse,

l'abbé Bérenger Saunière y aurait trouvé un trésor « Saint » !

Cela se passait en mille huit-cent-quatre-vingt-cinq, en face.

Sans que son origine et sa nature exactes en soit

connues, on pense qu’il y a un rapport à Madeleine !

Cette notoriété, pourtant tardive, a fini parfois

à rejaillir sur le canton de Rennes-les-Bains, quelle veine ?

Le point commun des deux abbés sur une simple déduction

serait que l'abbé Saunière aurait entretenu une

relation considérée comme mystique et religion

avec le curé de Rennes-les-Bains, Henri Boudet, d’une

il semblerait, qu'en réalité, ils ne se fréquentaient peu.

De deux, selon certaines sources Saunière n'aurait même

pas assisté à l’enterrement de l’ancien homme de Dieu.

Cela fait naître une étrange légende de blasphème !

Que beaucoup d’artiste-peintre, de cinéaste, d’écrivain,

de poète ont entraîné une forte importance

communication autour d’un mythe légendaire bénédictin.

Dans ces villages il y a d’étrange accoutumance

et de trois, les rumeurs légendaires de la commune Bugarach

toujours voisine de Rennes, l'afflux de l'ésotérisme !

 

    A noter qu’un ouvrage, dont celui « Da Vinci Code » a

donné l’envie de lire les romans de Dan Brown : l’occultisme.

La quête des informations supplémentaires au père Noël ;

Paul le voici amené au passage du fauteuil du Diable,

il est difficile de le contourner car il est réel.

Par ailleurs, Paul ne connaît aucun autre sentier « déviable » !

Ce fauteuil lui fait autant d’effet que son passage précédent.

Dire qu’on l’a rebaptisé «Fauteuil d’Isis» par l’église.

Cela renouait, la déesse ISIS, diaboliquement.

Paul a appris maintes choses sur ce fauteuil et son élise.

Cette pierre, date du dix-huitième siècle, taillée en fauteuil.

Il en est de même qu’elle est posée sur un vortex cosmique

et sur une grille tellurique, venant des contes de recueils ;

Il paraîtrait qu’un gardien de race des géants réplique

d’un Néphilim en serait son constructeur. 58 000 ans,

pourrait avoir l’âge de cette pierre si on croit la légende.

Ce lieu, était aussi connu des druides celtiques, du temps

des hommes et des femmes qui y venaient, pour apprendre

puis d’écouter les dieux du mal pactisaient pendant plusieurs nuits.

Paul avait appris d’internet lire ses gravures sur son siège :

Alpha et Oméga, le Premier et le Dernier qui se suit.

Un symbole égyptien, celui de la croix d’Isis sur siège:

Symbole de l’immortalité qui est portée à la main

par tous les dieux. Symbolisant le pouvoir pharaonique.

La clé ouvrant la porte du royaume des morts d’un lendemain.

Elle inspire principalement la vie éternelle biblique.

Même si le secret est fortement gardée il reste privé !

Le symbole «Ankh» symbolise la croix de vie en Égypte.

Le Nil est une source de vie pour l’Égypte en vérité.

La divinité est l’axe horizontal du monde physique.

Tant à la boucle serait la création liée à un accord ?

La croix est appelée «ansée» qui signifie : vivre ou vie.

Le mot « Ankh » vient de notre alphabet : la croix d’Ankh est alors

la croix symbolisant l’immortalité est portée de vie

à la main de tous les dieux qui ont le pouvoir de pharaon.

C’est une clé ouvrant la porte de la vie éternelle.

Mais aussi d’un tout pouvoir allant plus haut que tout pharaon.

Autrefois union d’Isis avec Osiris, éternelle.

Pour sauver l’humanité se faisant d’Isis reine du ciel.

Par grâce de victoire d’Horus, leur fils, sur Seth son frère…

Ce talisman en forme de croix accompagnait bien de rituels.

L’Anck est donc un signe protecteur mais bien plus que ça : prière !

Il y a là un début mystique d’ordre signifiant : SECRET

Il est vrai que ce symbole peut ressembler un autre…

Celui de la croix chrétienne par exemple liée d’un décret !

Que vient faire ici : l’Alpha, l’Oméga, petite anecdote !

 

« Dieu aurai laissé le soin aux hommes de trouver la clé du Mystère de la vie ».  Isaac Newton

 

                                                  6.

                              Dimanche 07 janvier 2018,

           réunion du Néo-Prieuré de Sion, atelier Noël

 

                IMG_0986

 

      La mort de Jésus par Jean raconte que « Jésus sur sa croix savait que tout était achevé maintenant, il dit pour accomplir le texte de l’Écriture : « j’ai soif ». IL y avait là un vase plein de vinaigre, la fixèrent à une branche « d’hysope » et l’approchèrent de la bouche de Jésus. Quand il eut pris le vinaigre, Jésus dit : « tout est achevé ! » Puis il baissa la tête et mourut ».

 

 

        Vinci Léonard - le Sauveur du Monde

                   Jésus le sauveur du monde (Léonard de Vinci)

 

       Est-ce une hémorragie qui a causé sa mort ? Bien qu’il soit possible de nos jours et scientifiquement de le répondre. Néanmoins notre scepticisme sur ce qui va lui arrivé lorsque les soldats arrivèrent et que Ponce Pilate, pensant au lendemain « jour de sabbat », ne voulait pas publiquement de corps sur une croix. Alors ses soldats eurent l’ordre de briser les os des deux autres prisonniers, qui accompagnèrent le Christ. Cependant la condition d’éviter de briser ceux de Jésus. Dans certains textes évangéliques, nous dirons que ses membres n’ont pas été brisé, parce qu’il était déjà mort. Cependant l’audace d’un soldat romain va ajouter aux écritures historiques. Un fait qui pourrait encore faire couler, aujourd’hui, bien d’encre sur du papier blanc. Voici ce que dit Jean en chapitre 19 dans son récit d’évangéliste il avait écrit :

« Alors les soldats vinrent et brisèrent les jambes du premier, puis du second de ceux qu’on avait mis en croix en même temps que Jésus. Quand ils arrivèrent à jésus, ils virent qu’il était déjà mort ; c’est pourquoi ils ne lui brisèrent pas les jambes. Mais un des soldats lui perça le côté avec sa lance, et du sang et de l’eau en sortirent aussitôt. L’homme qui rapporte a vus, et ce qu’il rapporte est vrai. Il sait, lui, qu’il dit la vérité, afin que vous aussi vous croyiez.Car cela est arrivé pour que s’accomplisse ce passage de l’Écriture : « On ne lui brisera aucun os ». Et un autre texte dit encore : « Ils regarderont à celui qu’ils ont transpercé ».

 

     En cryptographie certains mots comme ceux de l’évangile et de la bible font effets d’illusionnisme. Que nous révèle le texte des écritures des évangélistes et celui du disciple Philippe et qui ont été ré-écrienpar les mains des hommes d’Église. Le texte, ci-dessus nous parle dans un premier temps de vouloir brisé les os des crucifiés et puis la mort soudaine de Jésus et le fait qu’il y a un changement dans le comportement d’un des soldats.

 

 

         Jésus le sang du Christ

 

      Comment du sang pouvait sortir « aussitôt » d’un mort ?

 

      Cette réunion du Néo-Prieuré de Sion de cette année 2018, avait un seul but savoir la Vérité. Paul Doubert était l’invité d’honneur. Ainsi la présence de Marie lui confortait. Il oubliait presque sa principale raison. Paul Doubert était en mission secrète pour un gouvernement secret, qu’on peut ajouter : celui dela Culture. Paul est parmi l’un des personnages mystérieux de ce nouveau culte du prieuré, dont son invitation fut pour lui d’être très honorable. Doubert est un homme simple et à la fois très sensible. Bien que son nouvel ordre de mission s’apparente cette fois-ci à faire toute la lumière sur ce néo-Prieuré et surtout sur sa mystification qui fait rebondir le Ministère Culturel. Cependant on avait attribué à Léonard de Vinci le rôle clé du "Maître du Prieuré de Sion". Il se pourrait, qu’après lui un Nouvel Ordre aurait été qu’une future illumination, son nom : ‘’les illuminés du mal’’.

Noël Salvatrice est artiste-peintre, ses écrits sur la religion chrétienne lui conteste d’être depuis surveiller par Paul Doubert. Pourtant lors d’une première enquête, sur un suicide à l’abbaye de Rennes-le-Château, cela les ont permis de lier une certaine amitié. D’autant qu’ils ont la même passion, l’Art. Depuis ils s’échangèrent des appels téléphoniques et sans avoir l’opportunité des rencontres physiques.

Récemment, les dimanches Noël organisait ses réunions à son atelier à rennes. Il l'avait intitulé : « le néo-Prieuré de Sion ». Des discutions philosophiques étaient posées autour de plusieurs thématiques. Chacun de ses membres apporte sa propre maîtrise, ses enseignements généraux et ses spécificités : Noël était l’historien et le philosophe ainsi que le poète. Sa fille, Marie, était l’experte de la religion catholique et de l’Écriture chrétienne. Paul apportait son grand savoir en art par la cryptographie.

 

                                                      7.

                       Jésus est-il bien le Messie promis par Dieu ?

 

̶  Grâce à ses miracles, Jésus, a pu se faire remarquer de l’histoire et de la religion chrétienne. A t-il vaincu de sa propre mort, Paul ? se questionne l’historien et le peintre Noël Salvatrice en ouverture de séance et en se tournant vers son invité. Des hypothèses ont émis un apocryphe sur la véritable vie et la véritable mort, suspect de Jésus-Christ ! Je résume en quelques mots, afin de vous faire réfléchir sur certains points, s’enquit Noël en s’adressant à sa fille et à Paul. Des chercheurs ont émis une supposition d’avoir retrouver, à Jérusalem, le tombeau du Christ. Ils jugent que c’est dans la tombe de Talpiote que Jésus, fils de Joseph, fils d'Héli, fils de Méléa, fils de Menna, fils de Mattatha, fils de Nathan, fils de David, fils d'Énos, fils de Seth, fils d'Adam, fils de Dieu...

̶  Jésus est aussi le fils de son père charnel, Joseph, le charpentier, n’est pas Noël, interrompra illicitement Paul !

̶ Tout à fait, Paul, qui d’ailleurs a épousé Marie la mère de Jésus et ils ont des descendants, lui répond Noël d’un air étonné mais en rajoutant pour éveiller les consciences puritaines. Jésus avait des frères et des demi-frères : Jude, Simon et Salomé et Myriam auraient été ses liens de sang directement liés par ses parents.

En ce temps, racontent les auteurs de l’apocryphe, Le roi Hérode Ier le Grand ¹ était un puissant roi et Jérusalem une ville puissante. Mais la naissance de Jésus², dit le Messie, aurait endeuillé bien des parents mais aussi les Hérode par leur propre fils qui naissait vers fin mars à mai de l’an 4 ou bien 7 av J.C.

̶ Je ne comprends pas, Noël, pourquoi cette date qui est plutôt contre-versée ! dit Paul en entrant timidement dans la conversation.

̶ Jésus Christ est né avant Jésus Christ ! Le début de l'ère chrétienne a été fixé à la naissance de Jésus, c'est à dire que l'année 01 du calendrier chrétien correspond à la naissance supposée du Christ : on l'appelle ‘’l'Anno Domini’’ c’est à dire « An du Seigneur ». Cela parait paradoxal que Jésus soit né avant J.C. mais il est dû au fait que sa naissance a été déterminée par le moine Denys le Petit au VIe siècle, en se basant sur des travaux précédents. Ces derniers, néanmoins n’est pas très exacts et souvent partiaux. Notre calendrier chrétien a été fixé avec cette date pour un point de départ. Pourtant, l’année de naissance de Jésus n’est pas précisément connue. Les évangiles de Matthieu et Luc la situent sous le règne d’Hérode Ier le Grand¹, qui s’achève en 4 avant notre ère. De ce fait, selon les travaux d’historiens récents, Jésus Christ serait né entre 7 et 5 avant Jésus-Christ. D’après une autre source sur internet, qu’on cite ‘’Trigofacile’’ et en croire par Matthieu, Jésus naquit donc avant l'an 4 avant J.-C..

D'après tous ces détails, Jésus serait donc né en 8 avant J.-C.. Évidemment, cela implique qu'il n'a plus 33 ans en 33 après J.-C. sous Pilate... mais si nous lisons dans Luc (3, 23) que « Jésus lors de ses débuts, avait environ trente ans », nous lisons chez Jean (8, 57) que les Judéens disent à Jésus : « Tu n'as pas encore cinquante ans. » S'il fut crucifié sous Pilate, gouverneur de Judée de 26 à 36, nous avons l'an 8 avant J.-C. pour la naissance à la fourchette de 29 après J.-C. (36 ans) à 36 après J.-C. Car sinon à sa crucifixion il aurai 43 ans.

Selon les calculs, la mort de Jésus tomba en l'an 33 de notre ère. Elle ne peut être antérieure à l'an 29 car la prédication de Jean-Baptiste et de Jésus commença en l'an 28 d'après Luc (3, 1) puisque « la quinzième année du règne de Tibère César, alors que Pilate était gouverneur de la Judée [...] la parole de Dieu fut annoncée à Jean, fils de Zacharie, dans le désert ». Or Tibère régna à partir de 14 après J.-C. et la mort du Christ ne peut être logiquement postérieure à l'an 36, puisque Pilate et Caîphe perdirent leurs fonctions en 36. Et si l'on rejette l'an 33, pour trouver une année dont le 14 Nisan tombe un vendredi, il faut soit remonter à l'an 29, soit descendre à l'an 36.

 

 

          jésus 3

        Image "Catholicgo.org"  

 

 Continuons la lecture de notre récit : « Celui qui m’a vu a vu le Père ».  

 

« Philippe lui dit : Seigneur, montre-nous le Père, et cela nous suffit, Jésus lui dit : il y a longtemps que je suis avec vous, et tu ne m’as pas connu, Philippe ! Celui qui m’a vu a vu le Père. Comment dis-tu : Montre-nous le Père ? Ne crois-tu pas que je suis dans le Père et que le Père est en moi ? Les paroles que je dis ne viennent pas de moi-même ; le Père, qui demeure en moi, accomplit ses œuvres. Croyez-moi, je suis dans le Père, et le Père est en moi. Sinon, croyez à cause des œuvres mêmes.

En vérité, en vérité, je vous le dis, celui qui croit en moi fera, lui aussi, les œuvres que moi je fais, et il en fera de plus grandes, parce que je m’en vais vers le Père ; afin que le Père soit glorifié dans le Fils. Si vous me demandez quelque chose en mon nom, je le ferai».

Jean, Exhortations de Jésus, (14 : 8;14)

 

̶ La divinité du Fils-de-Dieu est t-elle encore une croyance pour nous chrétiens ? Pourquoi la foi chrétienne dit-elle que Jésus est Dieu, et non la représentation, autrement dit, qu’il n’est pas le Prophète ? une déclaration de Noël qui va faire réagir sa fille Marie, tout en restant jusqu’ici une simple observatrice.

̶ Selon l’Évangile et l’Écriture, Jésus est le Fils de Dieu à son image de Dieu. Ce dernier c’est fait homme et a vécu sur la Terre. Jésus fut pour cela engendrer et non créer, comme nous rappelle l’annonciation.

Voici comment arriva la naissance de Jésus-Christ:

"Marie, sa mère, était fiancé à Joseph ; avant leur union elle se trouva enceinte par l’action du Saint-Esprit. Joseph, son époux, qui était un homme de bien et ne voulait pas diffamer, se proposa de rompre secrètement avec elle. Comme il pensait, voici un ange du Seigneur, Gabriel, lui apparut en songe et dit : « Joseph, fils de David, ne crains pas de prendre chez toi Marie ta femme, car l’enfant qu’elle a conçu vient du Saint-Esprit : elle enfantera un fils que tu l’appelleras Jésus ; car c’est lui qui sauvera son peuple de ses péchés".

Tout cela arriva pour qu’accomplisse ce que le Seigneur avait déclaré par le prophète : « Voici, la vierge sera enceinte, elle enfantera un fils. Et on lui donnera le nom d’Emmanuel, ce qui traduit : Dieu avec nous.

A son réveil, Joseph fit comme l’ange du Seigneur lui avait ordonné , et il prit sa femme chez lui, mais il ne la connut pas, jusqu’à ce qu’elle ait enfanté un fils auquel il donna le nom de Jésus ». dit Marie avec le soin d’ajouter :Matthieu (1;v18,25).

̶ Jésus est donc né à Bethléem de Judée, l’annonciation annonce la naissance d’un Roi, celui des Juifs. Bien entendu que sa naissance avait été un moment bouleversant en Bethléem. Croyez vous, un Roi naquit sous l’ère d’un roi, comme Hérode le Grand, évidemment cette naissance allait avoir des grandes répercutions pour l’avenir. reprit l’historien, Noël et y raconta l’histoire des mages :

 

 

               IMG_5421

 

     Une étoile scintillait différente que les autres, dans ce ciel de Bethléem. Cette étoile avait permis aux mages de trouver la maison où Jésus est né. C’est donc Hérode qui adressa aux mages de rendre visite à l’enfant Jésus, tout en suivant l’étoile brillante. Hérode les envoya à Bethléem avec des cadeaux, pareillement à notre tradition d’aujourd’hui lors d’une naissance. Le but de ces mages étaient de se renseigner et d’informer Hérode. Ce dernier prendrait la décision de supprimer Jésus. Rappelons qu’Hérode était le seul roi et il ne désirait qu’aucun autre roi ne lui remplacerait sur son trône. D’ailleurs une fois le retour des mages, il émettait le désir de se rendre afin de lui adorer !

 

« Après avoir entendu le roi, ils partirent. Et voici l’étoile qu’ils avaient vue en Orient les précédait ; arrivée au dessus du lieu où était le petit enfant, elle s’arrêta. A la vue de l’étoile, ils éprouvèrent une joie très grande. Ils entrèrent dans la maison, virent le petit enfant avec sa mère, se prosternèrent et l’adorèrent ; ils ouvrirent ensuite leurs trésors et lui offrirent en présent de l’or, de l’encens et de la myrrhe. Puis divinement avertis en songe de ne pas retourner vers Hérode, ils regagnèrent leur pays par un autre chemin ». ajoute Noël en mentionnant Matthieu (2:v9,12) mais fut relayé par une Marie qui est spécialiste de l’écriture chrétienne.

̶ Par la suite ses parents fuyaient en Égypte car l’ange Gabriel, avait apparut en songe à Joseph et lui dit :

« Lève-toi, prends le petit enfant et sa mère, fuis en Égypte et restes-y jusqu’à ce que je te dise (de revenir) ; car Hérode va rechercher le petit enfant pour le faire périr. Joseph se leva, emmena de nuit le petit enfant et sa mère et se retira en Égypte. Il y restera jusqu’à la mort d’Hérode, afin que s’accomplisse ce que le Seigneur avait déclaré par le prophète : J’ai appelé mon fils hors d’Égypte ». Marie cite la source de ses propos à savoir : Matthieu (2:v13,15). Noël profita d’un blanc pour raconter la suite :

̶ Hérode ne voyant alors le non retour des mages était dans une fureur et envoya massacrer tous les garçons de deux ans et au dessous, qui étaient alors à Bethléem et aux alentours.

« Une clameur s’est fait entendre à Rama, des pleurs et beaucoup de lamentations. C’est Rachel qui pleure ses enfants : Elle n’a pas voulu être consolée, Parce qu’ils ne sont plus ». (déclaration du prophète Jérémie).

̶ Après la mort du roi Hérode et pareillement au mode de songe révélé à Joseph, le père sur Terre de Jésus, ils devrait retourner au pays d’Israël, avec sa mère Marie : insiste la fille de Noël sous le regard de Paul qui écoutait les deux avec cette forme de vouloir se concurrencer.

 « Lève-toi, emmène le petit enfant et sa mère, et retourne au pays d’Israël, car ceux qui en voulaient à la vie du petit enfant sont morts. Joseph se leva, emmena le petit enfant et sa mère, et rentra au pays d’Israël. Mais, quand il apprit qu’Archélaüs régnait en Judée à la place d’Hérode, son père, il craignit de s’y rendre ; et, divinement averti en songe, il se retira dans le territoire de Galilée et vint demeurer dans une ville appelée Nazareth, afin que s’accomplisse ce qui avait été déclaré par les prophètes : « Il sera appelé Nazaréen ».

Marie cite Essaï (40:3) et fut encore interrompu par son père Noël, sous le regard souriant de Paul. Ce dernier les comparaient aux ‘’témoin de Jéhovah’’ qui discutaient en pleine rue. Remarquer Paul profitait de cette situation pour observer leurs visages et il avait remarqué de nombreuses attitudes chez eux. C’était Noël qui cite l’évangile selon Matthieu (2;19,23) :

̶ Les écrits de l’apôtre Luc est différent et met en profondeur l’histoire de Jésus. Il préface son récit en mettant en évidence une suite d’événement qui se sont accomplis parmi nous, déclare t-il. A ces événements historiques il ajoute :

« Puisque plusieurs ont entrepris de composer un récit des événements qui se sont accomplis parmi nous, tels que nous les ont transmis ceux qui, dès le commencement, en ont été les témoins oculaires et qui sont devenus ministres de la paroles ».

Tout porte à croire que les apôtres qui étaient des pêcheurs de métier pour certains ont reçus l’Esprit-Saint et l’enseignement parfait des dons spirituels de Jésus. Cependant ils sont des orateurs et des auteurs de l’Église d’aujourd’hui. Je trouve déjà qu’en comparant certains apôtres évangélistes des différences dans leurs récits et des anecdotes qui s’opposent parfois à « contrario ». Le fait d’écrire ce mot « contrario » ainsi révèle déjà une de mes pensée d’auteur moderne et donc qui s’aperçoit avec grande surprise que les évangélistes avaient une très grande instructions et de très bonnes mémoires pour rédiger leur Évangile. Ma réflexion est portée sur cette Écriture de l’Église qui a mon sens était révisée et structurée par l’homme d’Église et à des fins plus rhétoriques que spirituelles.

Pour rebondir sur l’Évangile de Luc, je me réfère aux mots « ministres de la parole ». J’ajoute même les mots suivants : « ministres de l’écriture ». J’avoue marquer ici une pause de réflexions à mon ouvrage de pensée et sur le jugement de l’Église. Pour la simple raison certaines recherches, que j’effectue, sont dans le « Nouveau Testament » révisé en 1910 et selon la traduction de texte grec par Louis Segond. Ce texte français de cette nouvelle version avec glossaire a été élaboré sous les auspices de ‘’l’alliance Biblique Française’’ par une commission de spécialistes de Belgique, de France et de Suisse et dont l’édition étant par les Sociétés bibliques en 1971.

Ce Nouveau Testament fut remplacé deux ans plus tard (1973) par celui en français courant et illustré. Une brève lecture montre déjà un léger changement dans le récit et le changement des mots, je vous donne quelques comparaisons des textes de la version de 1971 et celui de 1973 du récit de Matthieu afin de voir les points qui se sont modifiés :

 

Jésus les mages

 

« Les mages à Bethléem, Hérode. Fuite en Égypte :

Jésus était né à Bethléem de Judée, au temps du roi Hérode. Des mages d’Orient arrivèrent à Jérusalem et dirent : Où est le roi des Juifs qui vient de naître ? » Noël cite Matthieu (2 ; 1,2) à version 1910 de Louis Segond et dont la version de 1971 d’après le texte grec par « Société Biblique Française » :

« Des savants de l’Est viennent voir Jésus :

Jésus naquit à Bethléem, ville du pays de Judée, à l’époque où Hérode était roi. Après sa naissance, des savants qui observaient les étoiles vinrent de l’Est et arrivèrent à Jérusalem. Ils demandèrent : « Où est l’enfant qui vient de naître et qui doit être le roi des Juifs ?   

Je suis moi-même un collectionneur de Nouveau Testament et dans la version de l’ouvrage conçu et dirigé par Claude-Bernard Costecalde (Docteur en Sciences des Religion), dont édition révisée en français par la « Société Biblique Française en 1996 et éditée plus tard en 2000 et 2005, les textes n’ont presque plus changer depuis. Voici le même verset traduite par Costecalde :

« Des savants viennent voir Jésus :

Jésus naquit en Bethléem, en Judée, à l’époque où Hérode était roi. Après sa naissance, des savants, spécialistes des étoiles, vinrent d’Orient. Ils arrivèrentà Jérusalem et demandèrent : « Où est l’enfant qui vient de naître, le roi des Juifs ? »

Une de mes premières constatations, sur les textes d’ouvertures des « Nouveau Testament », sont qu’ils évoluent et prennent des formes textuelles qui pourraient bel et bien les modifier dans le futur. Le fait de tourner les phrases dans un meilleur français ne doit excéder sur ses sens car le fait de remplacer le mot « mage » en « savant » puis « savant, spécialistes des étoiles » donne une différence d’opinion. A savoir que les synonymes parlent de changer le sens, peut être aléatoire, voici un exemple : le mage (astrologue, le devin, le prophète…) et le savant ( chercheur, érudit, curieux, clerc, prêtre…) et spécialiste ( chercheur, savant…). Autrement dit l'Écriture vient de l’homme d’Église et non directement des apôtres...

 

 

                Etudes de peinture cryptograme Gasc n°24 les stations de Gasc 1&2

 

      C’est vers trente ans que Jésus était connu et avait accompli de nombreux miracles. Il allait connaître une mort sur la croix, à l’âge de ses trente-trois ans. Les apocryphes disent que Jésus ne pouvait pas mourir sur la croix ! Ils avaient rajouté que c’était presque impossible à un humain de mourir uniquement de plaies aux pieds et aux mains. Jésus était cloué par ses membres. Il est plus convainquant que c’est une lance d’un soldat romain perforant le flan de Jésus qui l’aurai tuer. Sauf qu’il était déjà mort et il perdait du sang et de l’eau sortait de sa blessure. Il y avait quelque chose de plus sérieux et à savoir la « résurrection » de Jésus trois jours plus tard. En outre, s’il aurai eu cette audace idée que la mort sur la croix de Jésus pouvait être une mise en scène ! Dans un seul et unique but de prouver au monde, trois jours plus tard, sa résurrection !!!

̶ Père, par le respect d’historien que je te dois, je t’arrête tout de suite. Je trouve blasphèment de tout réapproprié l’histoire de notre religion. Le christianisme est une Écriture sainte et il est écrit dans le Nouveau Testament et la Bible que si quelqu’un retranche ses paroles du livre, Dieu retranchera sa part de l’arbre de vie...

̶ J'en suis conscient Marie, mais cependant se sont encore une affirmation de la main des hommes ! Notre réunion est pour faire de la réflexions soit on n’est pour ou contre la religion dans son contexte. On pourrait éventuellement suggérer un scénario du sauvetage de Jésus. D’ailleurs selon l’Écriture, Dieu (le père), devait le sauvé car les juifs l’on défier. Il y eu cette après-midi une tremblement de terre. Ce dernier était un moyen d’écarter leur intuition sur la mort inexplicable de Jésus. raconte Noël qui n’a pas le même point de vu de sa fille sur la religion. Selon l’écrit de Marc (15:29), il fait mention de ceci :

« Les passants blasphémaient contre lui et secouaient la tête en disant : Hé ! Toi qui détruis le temple et le rebâtis en trois jours, sauve-toi toi-même et descends de la croix ! […]. Les grands-prêtres aussi, avec les scribes se moquaient entre eux et disaient : Il a sauvé les autres, il ne peut se sauver lui-même. Que le Roi d’Israël descende maintenant de la croix, afin que nous voyions et que nous croyions ! Ceux qui étaient crucifiés avec lui l’insultaient aussi ».

Même Pilate qui le croyait avait obligation de le tuer par demande de sa femme : explication par l’apôtre Matthieu (27:15 à 20), :

« A chaque fête, le gouverneur avait coutume de relâcher un prisonnier, celui que demandait la foule. Ils avaient alors un prisonnier fameux, nommé Barabbas. Comme ils étaient assemblés, Pilate leur dit : Lequel voulez-vous que je relâche, Barabbas, ou Jésus appelé Christ ? Car il savait que c’était par jalousie qu’ils l’avaient livré. Cependant qu’il siégeait au tribunal, sa femme lui fit dire : Ne te mêle pas de l’affaire de ce juste (qu’il n’y ait rien à toi) ; car aujourd’hui j’ai beaucoup souffert en songe à cause de lui ».

Jésus Pilate

Image de Cinemateaser 

 

Le gouverneur, Pilate dit alors :

 « Quel mal a t-il fait ? Et ils crièrent encore plus fort : Qu’il soit crucifié ! Pilate, voyant qu’il n’arrivait à rien, mais que le tumulte augmentait, prit de l’eau, se lava les mains en présence de la foule et dit : Je suis innocent du sang de ce juste, cela vous regarde. Et tout le peuple répondit : Que son sang retombe sur nous et sur nos enfants ». Noël cita que c’est bien de Matthieu (27 : 23 à 25).

Si nous référons à l’Écriture il y a dans le Nouveau Testament des lignes dites « mots clés » et ce passage ci-dessus nous ramène toujours à Matthieu ( 12 : 38 à 41), qui dit ceci :

«  Alors quelques-uns des scribes et des Pharisiens prient la parole et dirent : Maître, nous voudrions voir de ta part un signe. Il leur répondit : Une génération mauvaise et adultère recherche un signe ; il ne lui sera donné d’autre signe que celui du prophète Jonas. Car, de même que Jonas fut trois jours et trois nuits dans le ventre du poisson, de même le Fils de l’homme sera trois jours et trois nuits dans le sein (le cœur) de la terre. Les hommes de Ninive se dresseront (se ressusciteront), lors du jugement avec cette génération et la condamneront, parce qu’ils se sont repentis à la prédiction de Jonas ; et voici, il y a plus que Jonas. La reine du Midi se lèvera (se ressuscitera), lors du jugement avec cette génération et la condamnera, parce qu’elle est venue des extrémités de la terre pour entendre la sagesse de Salomon (Roi) ; et voici, il y a ici plus que Salomon.

Lorsque l’esprit impur est sorti de l’homme, il traverse des lieux arides, cherche du repos et n’en trouve pas. Alors il dit : Je retournerai dans ma maison d’où je suis sorti ; et quand il arrive, il la trouve inoccupée, balayée et ornée. Il s’en va et prend avec lui sept autres esprits plus mauvais que lui ; ils entrent dans la maison, s’établissent là, et la dernière condition de cet homme devient pire que la première. Il en sera de même pour cette génération mauvaise ».

 

¹Hérode est un nom de famille aussi. Hérode le Grand est mort en 4 avant J.-C. mais ses fils Archélaüs, Antipas et Philippe se nommaient tous les trois Hérode aussi. Toutefois, nous pouvons être assuré qu'Hérode cité comme roi à la naissance de Jésus est Hérode le Grand.

Fin du second épisode

Textes protégés©